Lutte anti-drogue : les pays européens ne doivent pas se dérober à leurs responsabilités

Téhéran (IRNA)- Le chef du bureau présidentiel, Mahmoud Vaezi soulignant que la volonté de lutter contre la drogue est aujourd’hui très forte chez les autorités iraniennes, a déploré des contraintes budgétaires provoquées par les sanctions en Iran avant d’appeler les pays européens, la principale destination des stupéfiants, à assumer leur part de responsabilité dans cette lutte.

Pour cette autorité iranienne, cette question doit être débattue en profondeur au sein et au rythme des négociations nucléaires entre l'Iran et la partie européenne car les pays qui sont cibles des trafiquants, perdront beaucoup si les stupéfiants se transitent vers eux faute de moyens de lutte chez les Iraniens qui sont sous les sanctions et  malgré les efforts accomplis par leur service pour contrôler les frontières.

S'attardant sur le fait que l'Iran en tant qu'un pays indépendant qui refuse le suivisme avec l'Occident, a des amis et des ennemis, le porte-parole du bureau présidentiel a déclaré : «Les grandes puissances telles que les États-Unis mais aussi le régime israélien et certains pays arabes de la région sont des ennemis de l'Iran et dresse des obstacles à la lutte anti-drogue de l'Iran».

«Aujourd'hui, la destination favorable de tous les trafiquant est l'Europe. Les pays européens ne peuvent donc pas refuser de coopérer avec nous et devraient notamment aider l'Iran, dans cette situation sensible où le pays est visé par les sanctions et la guerre économique», a-t-il conclu.

Votre commentaire

You are replying to: .
3 + 1 =