16 sept. 2019 à 17:19
Journalist ID: 2385
Code d'info: 83478014
0 Persons
Les sanctions illégales US menacent les acquis de la diplomatie (Salehi)

Londres (IRNA)- Le vice-président et chef de l’Organisation iranienne de l'énergie atomique (OIEA), Ali Akbar Salehi, fustigeant le non-respect du Plan global d’action commun sur le nucléaire iranien (PGAC) par d’autres parties signataires a mis en garde contre la politique unilatéraliste et les actions destructives menées par les Etats-Unis « qui sapent le multilatéralisme et porte atteinte aux grandes réalisations diplomatiques enregistrées depuis les dernières décennies ».

Ali Akbar Salehi qui prenait la parole devant la 63ème session ordinaire annuelle de la Conférence générale de l'Agence internationale de l'énergie atomique a déclaré au début de son discours qu’« en cette période cruciale pour le multilatéralisme, la conférence actuelle offrait une occasion unique pour examiner les défis liés à cette question et déterminer le statut des membres pour y faire face. 
M.Salehi n’a pas manqué d’exposer le point de vue de notre pays sur la question: « La République islamique d’Iran a des objectifs rationnels pour étendre son programme nucléaire pacifique et utiliser la technologie atomique dans les domaines de la production d'énergie, de la santé et de l'agriculture. A cette fin, il a su enregistrer des progrès et faire des avancées logiques » s’est-il félicité. 
Le directeur de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique (OIEA) a dénoncé les États-Unis pour avoir abandonné l'accord multilatéral sur le nucléaire de l'Iran de 2015 tout en développant son propre arsenal d'armes nucléaires.
Ali Akbar Salehi a également critiqué d'autres signataires de l'accord, qui n'ont fait que regretter le retrait des États-Unis et leur violation de la résolution 2231 du Conseil de sécurité des Nations Unies. Il a déclaré que le résultat du Plan global d'action conjoint (PGAC) pour l'Iran s'était transformé en sanctions inhumaines des États-Unis. Le responsable iranien a déclaré que la réduction des engagements du pays dans le cadre du PGAC était une réponse à la violation de l'accord par les Etats-Unis. Salehi a déclaré que les mesures ne seraient réversibles que si les droits de l’Iran garantis par l’accord étaient respectés.
 

Votre commentaire

You are replying to: .
2 + 1 =