22 sept. 2019 à 14:06
Journalist ID: 2385
Code d'info: 83485733
0 Persons
Le déclencheur d’une guerre ne serait pas celui qui la termine, avertit Zarif

New York (IRNA)- Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, soulignant que l’Iran ne déclencherait pas de guerre, a avertit que celui qui déclenche la guerre n’est pas celui qui y mettra fin.

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a averti que tout pays déclenchant une guerre contre l'Iran ne serait pas en mesure d'y mettre un terme tout seul, avertissant qu'une telle action militaire aurait des conséquences désastreuses pour le Moyen-Orient et au-delà.

Le Premier haut diplomate iranien a tenu ces propos à l’occasion d’une interviewe accordée samedi 21 septembre 2019 à la représentation d’Iran à l’ONU à New York montre, à Margaret Brennan, de CBS News, pour le programme Face the Nation, qui devrait être diffusé un jour plus tard.

« Cela signifie que cette guerre ne sera pas une guerre limitée », a-t-il poursuivi pour répondre à la question : « êtes-vous sûr de pouvoir empêcher la guerre »?

Les propos, enregistrés dans la représentation d’Iran au siège de l’ONU à New York qui ont été diffusés ce dimanche 22 septembre, sont les dernières mises en gade lancées par des responsables iraniens face à l'escalade des tensions au Moyen-Orient, au moment où les États-Unis ont tenté d'accuser l'Iran d'attaques contre les installations pétrolières d’Aramco à l'est de l'Arabie saoudite survenues le 14 septembre.

 A la question de savoir si l’octroi d’un visa américain à un Zarif sanctionné par les États-Unis serait un signe de la volonté de Washington de négocier ? Zarif a déclaré : « Non ! Pas nécessairement ! ».

Zarif a souligné : « Les États-Unis sont obligés de délivrer des visas aux membres des Nations-Unies en raison de l'hébergement du siège de l'ONU dans ce pays. Ils ont clairement indiqué dans une lettre qu'ils ont jointe à mon visa que je ne suis pas éligible pour un visa mais que des exemptions ont été accordées », a fait savoir le haut diplomate iranien.

« Ils voulaient donc que je sache que je ne devrait pas être là », a-t-il renchéri.

S’agissant de la décision des États-Unis d’envoyer des troupes et du matériel en Arabie saoudite, J.Zarif a déclaré : « Je ne pense pas que ces gestes seront productives. Je pense que la fin de la guerre au Yémen est ce qui peut leur aider ».En plus d'assister aux réunions officielles aux côtés du Président Rohani, il rencontrera ses homologues d'autres pays.

Plusieurs autres rencontres bilatérales avec ses homologues étrangers sont inscrites sur l’agenda de Zarif qui accompagne le Président Rohani lors du sommet de l'Assemblée générale des Nations unies.

Le Président doit prendre la parole devant l'Assemblée générale des Nations Unies mercredi soir.

Votre commentaire

You are replying to: .
5 + 5 =