28 sept. 2019 à 17:56
Journalist ID: 2385
Code d'info: 83494530
0 Persons
Déplacement du Président Rohani à New York: les acquis

Téhéran (IRNA)-De nombreux obstacles dressés par les autorités américaines depuis le déplacement du Président iranien et de sa délégation au siège des Nations Unies à New York pour assister à la soixante-quatorzième Assemblée générale n'ont pas pu saper la diplomatie d’éclairage de l’Iran, malgré les restrictions les plus dures visant les hommes d’Etat iranien.

La visite cette année du Président iranien Hassan Rohani au siège des Nations Unies à New York a fait l’objet d'une pression accrue de la part de l’administration américaine et de ses alliés, compte tenu de la situation délicate qui touche le Moyen-Orient sur fond notamment de l'escalade des tensions grandissantes opposant l’Iran aux États-Unis et à certains de leurs alliés qui ne cessent de proférer des accusations sans fondements contre Téhéran.

Derrière ces accusations non-fondées anti-iraniennes se cachent de fortes pressions sur  Téhéran pour le faire plier devant les désidératas du Président milliardaire américain et son administration faucon.

La Maison Blanche est bien consciente du pouvoir et de l'influence de la diplomatie iranienne, raison pour laquelle elle a imposé de nombreuses restrictions aux autorités iraniennes visant en particulier le diplomate chevronné, Mohammad Javad Zarif, pour les empêcher d'accéder aux médias et aux personnalités internationales afin de faire taire la voix de la justice et de la vérité iranienne.

** Nombreuses rencontres du Président Rohani avec les leaders mondiaux à New York

Malgré toutes les restrictions et manœuvres, c’étaient les personnalités et les dirigeants de haut rang mondiaux qui se sont déplacés à la représentation iranienne à l’ONU pour retrouver Hassan Rohani et Mohammad Javad Zarif, à la tête de la délégation iranienne, et les tentatives la Maison Blanche pour assiéger les hommes d’Etat iraniens ont été non seulement inefficaces, mais ont également amené la partie iranienne à avoir plus de rencontres cette année par rapport à l’année précédente.

Des chefs d’Etat de plusieurs pays tels que la France, la Grande-Bretagne, l'Allemagne, la Suède, la Suisse, l'Inde, le Japon, l'Espagne, le Pakistan, l'Irak, l'Ouganda et l'Irlande ont retrouvé le Président Rohani dans son siège. Ce dernier a également accordé des interviews aux principaux médias de renom américains.

** Toute reprise des négociations sans un retour américain à l’accord nucléaire (PGAC) est exclue

Les pressions maximales américaines exercées depuis des mois pour forcer l'Iran à négocier échouent et le Président de la République islamique, dans son discours aux Nations Unies et dans ses interviews, a explicitement et avec force indiqué que des négociations entre Téhéran et Washington seront possibles si et seulement si les États-Unis reviennent dans leurs engagements et respectent leurs obligations.

« Si vous cherchez une réponse, comme l’a déclaré le Leader de la Révolution, c’est un retour à l’engagement », a-t-il souligné.

** La sécurité peut revenir dans la région avec l'initiative de « Paix d’Hormuz »

En pleine escalade de tensions au Moyen-Orient à la suite des accusations répétitives et sans fondements  proférées par les Etats-Unis et certains de leurs alliés contre l’Iran, le Président Rohani intervient à l’AG de l’ONU avec une initiative en faveur de la paix et de la sécurité dans la région baptisée « Paix d’Hormuz ». Il a évoqué l’idée d’une coalition d’Espoir (HOPE) dont l’objectif est de maintenir la sécurité, la paix, la stabilité et la prospérité dans la région du golfe Persique et du détroit d’Hormuz dont sont bénéficiaires tous les pays de la région.

Contrairement aux États-Unis et à leurs alliés, qui font battre les tambours de la guerre contre les nations et alimentent le feu des tensions dans le monde, le président de la République islamique d’Iran s’est adressé aux Nations Unies avec un plan de paix pour la région ultra-sensible d’Hormuz et le golfe Persique prouvant une fois de plus que l’Iran, ne veut rien que la paix pour la région et le monde.

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench

9468**

Votre commentaire

You are replying to: .
2 + 0 =