13 oct. 2019 à 23:02
Journalist ID: 2385
Code d'info: 83514596
1 Persons
Pour Hive : une lettre d’amour iranienne à un cœur brisé français

Une lettre d’amour par un père virtuel iranien à l’adresse d’un orphelin français, appelé Hive, qui s’intitule : « Les mots d’un cœur paternel à une chère petite perle » touche l'âme et le coeur. Il a fait la connaissance de l’adolescent français, atteint d’une grave maladie, et orphelin de père et de mère, via une compatriote résidant à Paris. Ces affectifs liens exceptionnels qui se nouent entre les trois surviennent au moment où le jeune Hive vivait l’automne de sa vie.

J'étais au courant de son chagrin omniprésent de ne pas avoir la bénédiction de ses parents, ainsi que de sa maladie incurable qui, cruellement, l'avait amenée à l'automne de sa courte vie », déplore le nouveau papa affectif d’Hive qui lui arrive à la dernière heure et au dernier souffle de sa vie pour lui réaliser le rêve de fonder une famille.
Endormie désormais dans son sommeil éternel, Hive avait rencontré une dame iranienne au cours des derniers jours de sa vie dans un hôpital de Paris. Les liens maternels qui se tissent entre les deux, amène l’adolescent agonissant à appeler « maman » celle qui s’occupait généreusement de lui dans ses derniers moments de sa courte vie. C'est plein d'humanité et de chaleur, de confiance en la vie. S'accrocher dans les conditions les plus sombres à un rêve. Le regretté Hive confie à sa "Maman" qu'il avait un autre rêve dans sa vie car un orphelin ne veut qu'une chose : avoir un papa qui aime son fils et qui veut son bonheur.
Soucieuse de construire son histoire personnelle par une histoire familiale, la petite maman qui lui est arrivé comme un ange a décidé de lui remplir ce grand vide intérieur et mettre fin à sa longue recherche de l'amour égaré. Le double orphelin avait souhaité voir aux derniers moments de sa vie, un père à ses côtés pour quitter heureux le monde d’ici-bas.
«Sa belle-mère, la même dame iranienne qui fait partie de mon cercle d’amis, décide de lui réaliser le vœu. En me racontant le destin tragique de l’adolescent agonissant, elle m’a demandé de lui écrire une lettre au nom d’un père à son fils, afin de lui donner le réconfort dont « Mon désormais fils » avait besoin en fin de vie», raconte le père d'amour, celui qui intervient pour lui combler ses envies, un certain Mohammad Reza Chokrollahi, originaire d'Ispahan.
Il lui a écrit depuis Ispahan et mit la main, depuis cette terre lointaine, sur ses jeunes épaules fragiles, pour lui donner un sourire qui efface le trouble de ses yeux, de grands yeux couleur de ciel !
«Je lui ai écrit pour partager à ma manière une expérience riche de sens avec un enfant à l’autre bout du monde, pour construire avec, une relation humaine enrichissante. En soulignant les concepts de parenté entre tous les êtres humains, j'ai essayé de lui rendre plus paisibles les derniers moments de sa vie», dit-t-il.
Finalement, Hive reçoit la lettre et le remercie généreusement, mais deux jours plus tard, il ferme les yeux à jamais sur ce monde si cruel.
«Après sa mort, sa mère adoptive m'a écrit que, lors du dernier adieu, on avait mis cette lettre dans le cercueil d’Hive, dont le corps sans vie a rejoint sa dernière demeure pour un repos éternel». Désormais il n'est plus orphelin :
 « Bonjour mon enfant si loin si proche !
Maintenant que je t’ai retrouvé après des années d’absence et de séparation, il y a toujours un grand fossé entre nous, mais le fait de t’avoir découvert, cette sainte bénédiction seule me suffit.
Oui, je t’avais perdu depuis longtemps, car les frontières géographiques, idéologiques, politiques, raciales et ethniques de l'égoïsme et de la cupidité,  et ces feux de guerres qui s’attisent ne cessent de semer le germe de la séparation et de la distance entre les frontières et les hommes.
Pourtant je crois sincèrement que tu es si proche de moi, ou mieux encore, je suis si proche de toi, que j’ai décidé dès mon premier contact, de t’ouvrir tout mon cœur. La clé de mon cœur c'est toi qui la possède !
Mon cher Yves, tu es le calme de mon cœur !
Mon enfant endurant,
Tous les hommes ont des traits saillants et de bonnes valeurs qu’ils méritent d’être félicités et toi, tu as gardé le plus beau sentiment d’attachement et de gratitude en toi, même dans ces moments les plus durs de ta pénible vie : Celui de l’amour de tes parents ! Sache que je suis fier de toi.


Je baisse la tête, très profondément, tandis qu'une grande tristesse s'empare de moi, car je ne suis pas près de toi pour te prendre dans mes bras, hélas! serrer ton corps fiévreux contre mon cœur.
Mon enfant céleste,
 Comme toutes les années où tu m’attendais, attends-moi encore quelque peu, dans ta nouvelle belle maison. Je partirai bientôt pour te rejoindre, car je sais que tu m’attends, s’il fallait entre nous un mot qui soit comme un dernier cadeau de reconnaissance d’un enfant courageux et généreux, adressé, à son père, Mon cœur! …. Ça sera : "À bientôt" !  Que cette fois, tu me conduises chez toi, par un chemin plus proche et plus prompt. Que le Seigneur m'accueille auprès de toi, auprès de Lui, grâce à toi !

Au revoir

Ton père

Ispahan-Iran
Mohammad-Reza Chokrollahi

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench
9468**

   

Votre commentaire

You are replying to: .
1 + 2 =