PGAC/Collaboration pour la modernisation du réacteur Khondab : un message « positif » au monde (OIEA)

Téhéran (IRNA)- La réunion de coordination entre l’Iran et le groupe de travail sur la « Modernisation du réacteur de recherche de Khondab », à laquelle ont participé une délégation de l'Agence iranienne de l'énergie atomique (OIEA) et des délégations de la Chine et du Royaume-Uni, s'est tenue lundi matin au siège de l’OIEA.

Pour le porte-parole et le vice-président de l’OIEA chargé des affaires internationales, juridique et du Parlement, Behrouz Kamamlvandi, la collaboration entre l’Iran et ses partenaires engagés dans le plan global d’action commun sur le nucléaire iranien (PGAC), reflète un message positif au monde.

S’exprimant lundi 14 octobre, à l’occasion d’une réunion du groupe de travail sur la « modernisation du réacteur de recherche de Khondab », en présence de l’ambassadeur de Grande-Bretagne, à Téhéran, Rob Macaire, et un groupe d’expert chinois, de la Commission de l’énergie atomique pour les coopérations internationales (CAEA) dirigée par Wi King Ming, ont coprésidé l’assise.

« La République islamique a pris des mesures pour réduire le montant de ses obligations afin de rétablir une équilibre entre ses obligations et ses droits », a-t-il ajouté.

S’attardant sur la vocation 100% pacifique des activités du projet de Khondab (Arak), le porte-parole de l’OIEA, a déclaré que ce plan est soutenu par la résolution 2231 du Conseil de sécurité des Nations unies et à l’abri de toute sanction ultérieure. »

« La politique de pression maximale américaine envers l'Iran ne fonctionnera pas et nous sommes sûrs à 100% que l'Iran saura surmonter cette situation difficile. Même maintenant, les signes économiques le montrent », a poursuivi le porte-parole de l’OIEA.

**Nous devons tous agir pour la survie du PGAC (Ambassadeur britannique)

Pour sa part, l'ambassadeur britannique, en poste à Téhéran, Rob Macaire, s'est dit satisfait de la réunion et a indiqué : « De telles réunions montrent les progrès des négociations en faveur du PGAC ».

« À l’heure actuelle, non seulement les pays restants dans l’accord nucléaire de 2015, mais la plupart des pays du monde exigent le maintien de cet accord précieux », a insisté le diplomate.

Jugeant non-productive, le retrait US du PGAC, M.Macaire a réitéré sur le fait que les Européens essayaient toujours de maintenir l'accord.

**Les pressions externes ne nous ont pas amené à nous renoncer à nos engagements (Partie chinoise)

Intervenant toujours à cette réunion, le représentant chinois du département du Désarmement du ministère chinois des Affaires étrangères a pour sa part déclaré que Pékin était pleinement attaché à ses engagements et qu’il est d’avis que le PGAC est dans un

état critique.

Réitérant sur le fait que le retrait unilatéral des États-Unis du PGAC était la cause fondamentale de ces problèmes, cette autorité chinoise a ajouté que son pays a toujours insisté sur la sauvegarde du pacte multilatéral.

Les discussions techniques trilatérales entre les délégations iranienne, chinoise et britannique, sur la modernisation du projet de réacteur à eau lourde d'Arak se poursuivront au cours des deux prochains jours.

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench
9468**

Votre commentaire

You are replying to: .
6 + 0 =