19 oct. 2019 à 00:21
Journalist ID: 2385
Code d'info: 83522458
0 Persons
Syrie : les Ministres iranien et turc des A.E. discutent au téléphone

Téhéran (IRNA)- Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif et son homologue turc, Mevlut Cavusoglu, ont discuté par téléphone des dernières évolutions régionales, en particulier dans le nord syrien.

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, poursuivant ses discussions avec les hautes autorités régionales a discuté, cet après-midi, au téléphone, avec son homologue turc, Mevlut Cavusoglu, des dernières évolutions dans la région, en particulier la situation dans le nord de la Syrie.

Le secrétaire d'État a également eu des entretiens téléphoniques séparés avec les ministres des Affaires étrangères d'Irak, de Russie et de Syrie à propos des derniers développements dans la région, notamment de la situation dans le nord de la Syrie. Les discussions se poursuivront en particulier avec des responsables d'autres pays de la région.

Le Chef de la diplomatie iranienne, Mohammad Javad Zarif, s’est, également, entretenu au téléphone, le jeudi soir 17 octobre, avec ses homologues russe, irakien et syrien, et discuté séparément avec des dernières évolutions régionales dont notamment la guerre dans le nord de la Syrie.

Ses discussions se poursuivront également avec des responsables d'autres pays de la région, a annoncé le service de la presse du ministère iranien des A.E.

Depuis le 9 octobre, la Turquie mène une offensive militaire contre les forces kurdes dans le nord de la Syrie. L’appelant « Source de paix », le Premier ministre turc, Reçep Tayyib Erdogan a déclaré que cette incursion vise à éliminer ce qu’il appelle « le corridor de terrorisme » près des frontières sud de la Turquie à savoir les milices kurdes YPG/PKK. (Unités de protection du peuple/ Parti des travailleurs du Kurdistan).

L'offensive turque contre des positions kurdes dans le nord-est de la Syrie a déjà contraint quelque 130.000 personnes à fuir leurs foyers, a indiqué dimanche l'ONU en estimant que ce nombre pourrait atteindre 400.000.

Jusqu'à présent, plusieurs pays européens, dont la France, la Finlande, la Norvège, l'Allemagne et la République tchèque, ont suspendu leurs ventes d'armes à la Turquie.
 

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench
9468**

Votre commentaire

You are replying to: .
1 + 6 =