La mort de Baghdadi et la nécessité de mettre fin à l'intervention US au Moyen-Orient

Téhéran (IRNA)- Le porte-parole du gouvernement iranien, Ali Rabï, réagissant dans une note à une « énième mort » de Baghdadi, confirmée officiellement dimanche par le Président américain, Donald Trump, a insisté sur la fin de l'intervention américaine au Moyen-Orient avec cette fin du Chef du groupe terroriste, Daech.

« L’élimination de Bagdadi marque la fin d’un terrorisme injectif-destructif: La fin d’un terrorisme qui  injecte l’idéologie de la tuerie au cœur des sociétés humaines et détruit l'image de l'islam auprès de l'opinion publique mondial. Mais tout comme la mort de Ben Laden qui n’a pas déraciné le terrorisme, la mort de Baghdadi ne mettra pas, non plus, fin au daechisme.

Ni la mort de Ben Laden ni celle de Baghdadi ne sont la fin de la lutte contre le terrorisme daechiste. Il ne s’agit que la fin d'un chapitre, de la mort d’un symbole qui continue d'évoluer et de se manifester sous diverses formes : évoluer grâce à la politique américaine et aux pétrodollars régionaux et se manifester sous forme de la pensée takfirie. Ces trois sources doivent être asséchées. En un mot, il faut s’attaquer aux racines pour affronter ce bourbier qu’est le terrorisme », peut-on lire dans la note.

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench
9468**

Votre commentaire

You are replying to: .
3 + 0 =