30 oct. 2019 à 09:30
Journalist ID: 2385
Code d'info: 83534778
0 Persons
L'Iran sera présent en Syrie à la demande de Damas (Zarif)

Téhéran (IRNA)-Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a déclaré lors d’une conférence de presse conjointe avec ses homologues russe et turc que Moscou et Téhéran maintiendraient leur présence en Syrie aussi longtemps que le gouvernement et le peuple syriens le souhaiteraient.

« Nous serons en Syrie aussi longtemps que le gouvernement et le peuple syriens le souhaitent », a déclaré le très haut diplomate iranien, mardi soir 29 octobre lors d'une conférence de presse conjointe aux côtés de ses homologues  turc, Mevlut Cavusoglu et russe Sergueï Lavorv.

« La Russie et l’Iran sont sur le sol syrien à l’invitation du gouvernement de Damas », a rappelé Zarif.

Le ministre iranien des Affaires étrangères a également plaisanté sur la présence de troupes américaines en Syrie sous le prétexte de protéger des gisements de pétrole en disant: « Espérons que le président américain Donald Trump sera au moins sincère quant aux objectifs US ».

S’attardant sur les évolutions syriennes, Mohammad Javad Zarif dont le pays est l’un des trois garants du processus d’Astana pour la paix en Syrie a souligné que la formation du Comité constitutionnel syrien est « le début d'un processus difficile ».

Insistant sur le fait que le comité constitutionnel ne devrait appartenir qu'au peuple syrien et être dirigé par les Syriens eux-mêmes, Zarif a ajouté que «  la constitution devrait être acceptée par tous les Syriens ».

Zarif a souligné qu'il ne devrait y avoir aucune ingérence extérieure ni pression sur le comité constitutionnel.

Il a déclaré que les réfugiés syriens devraient retourner volontairement dans leurs pays et que l’intégrité territoriale de la Syrie doit être respectée et préservée.

Les trois ministres iraniens, Mohammad Javad Zarif (D), russe, Sergueï Lavrov et turc, Mevlut Cavusoglu des Affaires étrangères, réuni le mardi 29 octobre 2019 à Genève pour discuter de la paix en Syrie.

Pour sa part, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a  déclaré que la formation d'un nouveau comité constitutionnel syrien était « une grande victoire » pour le pays.

Il a ajouté que les trois pays garants du processus de paix d’Astana, que sont la Russie, l'Iran et la Turquie, ont réaffirmé qu'ils poursuivaient leurs efforts avec tous les groupes syriens pour stabiliser la Syrie et éliminer les cellules dormantes terroristes.

M.Lavrov a ajouté que les activités de la Commission constitutionnelle syrienne devraient être menées sans les diktats des pays étrangers.

Le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, a également déclaré que la formation du Comité constitutionnel syrien avait prouvé les résultats productifs des pourparlers du processus d’Astana pour la paix inter syrienne.

Réitérant l'engagement d'Ankara à préserver l'intégrité territoriale et la souveraineté de la Syrie, M. Oglu a souligné que, comme l'indiquait la déclaration commune tripartie (Téhéran-Moscou-Ankara), la crise nécessitait « une solution politique ».

S’agissant de la questions des déplacés syriens, le ministre turc des Affaires étrangères a poursuivi : « Naturellement, le retour des réfugiés syriens, estimé à environ 5 millions de personnes, sera très important, même si le processus de retour des réfugiés et des migrants doit s'effectuer de manière volontaire, mais il doit être en toute sécurité ».

« Il sera, donc, important pour le gouvernement d'Ankara de créer les conditions nécessaires au retour des réfugiés syriens dans leur pays », a ajouté M. Oglu.

Le haut diplomate turc a déclaré que la formation du Comité constitutionnel syrien était une étape fondamentale dans le dialogue entre l'opposition et le gouvernement officiel de Damas.

Il a qualifié de « compliqué » le processus de paix syrien.

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench
9468**

Votre commentaire

You are replying to: .
4 + 3 =