2 nov. 2019 à 12:18
Journalist ID: 2395
Code d'info: 83538543
0 Persons
L'Iran appelle à une coopération plus étroite entre les États membres de l'OCS

Téhéran (IRNA)- Le premier vice-président iranien Eshaq Jahangiri a appelé les États membres de l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS) à exploiter leur potentiel pour renforcer la coopération mutuelle.

S'exprimant lors de la réunion des chefs de gouvernement des États membres de l'Organisation de coopération de Shanghai à Tachkent, M. Jahangiri a souligné que l'Iran attachait une grande importance aux questions de coopération régionale, précisément du point de vue du maintien de la paix, de la lutte contre le terrorisme et du crime international.

Selon lui, les organisations régionales jouent un rôle important dans la poursuite du développement d'une approche multilatérale pour résoudre des problèmes complexes.

Le Gouvernement de la République islamique d’Iran regrette que des organisations officielles et efficaces dans la lutte contre le terrorisme dans des pays indépendants aient été accusées d’être des terroristes et soumises à une politique de deux poids deux mesures en raison de la politique arrogante de l’administration américaine, a-t-il ajouté.

Il a poursuivi en ajoutant que l'accord sur le nucléaire est un modèle efficace et fructueux de diplomatie multilatérale conclu dans le cadre des négociations longues et difficiles que l'Iran a menées avec six puissances influentes dans le monde, conformément à la résolution du Conseil de sécurité des Nations Unies. Mais le gouvernement américain actuel, dans une mesure sans précédent, s'est retiré de l'accord sur et a cherché, par des sanctions financières et bancaires, à bloquer la coopération économique de tous les pays, y compris les signataires de l'accord sur le nucléaire avec l'Iran.

Jahangiri a souligné que les actions unilatérales et arrogantes des États-Unis visant à imposer des sanctions sévères au peuple iranien sont un exemple clair de terrorisme économique et de violations flagrantes des principes du droit international et de la Charte des Nations Unies. La communauté internationale en est donc responsable.

«Après que les États-Unis se soient retirés de l’accord nucléaire, la République islamique a déclaré à plusieurs reprises qu’elle était disposée à poursuivre les négociations avec les autres parties. Un an plus tard, elle a entamé le processus de la réduction de ses obligations nucléaires en vertu de l’accord nucléaire et a annoncé qu’elle reprendrait le respect de ses obligations nucléaires si les autres parties agissaient.»

Il est clair que la poursuite de l’accord nucléaire ne sera possible qu’avec un équilibre dans le respect des obligations de la part de toutes les parties et que la République islamique d’Iran bénéficie des avantages économiques de l’accord, a-t-il souligné.

Ailleurs dans son discours, Jahangiri a souligné que la République islamique d'Iran avait affirmé que la sécurité maritime était un principe reconnu du droit international. Le système maritime dans le détroit d’Hormuz repose sur la sécurité du passage de tous les navires sans discrimination.

Il a évoqué l'initiative de paix Hormuz présentée par le président iranien lors de la dernière réunion de l'Assemblée générale des Nations Unies, et a déclaré que «Cette initiative représente une excellente occasion de parvenir à une paix durable, à la coopération et au partenariat entre les pays de la région, en assurant la sécurité des approvisionnements en énergie, des transports maritimes et du commerce mondial avec la région».

La coopération de la République islamique d'Iran et sa participation dans le cadre de l'Organisation de coopération de Shanghai renforceront cette alliance internationale pour promouvoir une paix durable et la coexistence pacifique, créer de nouvelles opportunités de développement et améliorer le confort et la satisfaction des peuples des Etats membres et du monde», a-t-il assuré et conclu.

L'OCS est une organisation intergouvernementale composée actuellement de huit États membres: Chine, Inde, Kazakhstan, Kirghizistan, Pakistan, Russie, Tadjikistan et Ouzbékistan. Il compte également quatre États observateurs, à savoir l’Afghanistan, le Belarus, l’Iran et la Mongolie, tandis que l’Arménie, l’Azerbaïdjan, le Cambodge, le Népal, le Sri Lanka et la Turquie sont les partenaires de dialogue de l’organisation.

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench 
9422**

Votre commentaire

You are replying to: .
8 + 7 =