11 nov. 2019 à 07:21
Journalist ID: 2385
Code d'info: 83549628
0 Persons
Un joueur iranien de Tanbour en concert en Roumanie  à l’invitation de l'UNESCO

Téhéran (IRNA) – Ali Asghar Rahimi, éminent figure de la musique mystique iranienne, l’invité de marque de l’UNESCO (l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture), était pour la cinquième fois en concert en Roumanie.

L’accueil chaleureux réservé par la communauté musicale roumaine à la musique et au son de Rahimi, compositeur et chanteur de renom  iranien en Roumanie, a conduit à de nombreux concerts dans le pays ces dernières années.

Son album commun « Les Dialectes Ancestraux », qui expose l'une de ses performances aux côtés des bonnes figures de la musique roumaine, publié en Europe l’année dernière (2018), figure parmi les meilleures œuvres musicales et artistiques de l'année en Roumanie. Pour ce nouveau concert dans le pays, il avait le plaisir de le rejouer devant le public enthousiaste roumain.

Il a récemment reçu  une plaque spéciale de la « Meilleure figure artistique de l'année » en Roumanie, parrainée par l'UNESCO.

Le tanbour est un instrument à cordes. Ce terme désigne une famille de luths à manche long, fort différents, répandus dans plusieurs pays asiatiques dont notamment l’Iran.

Depuis l'Antiquité, il est joué en Iran au Kurdistan, au Khorasan, au Hormozgan et au Lorestan.

Le musicien tient l'instrument contre lui et n'utilise pas de plectre mais joue avec ses doigts. La technique est très complexe et rappelle celle de la guitare flamenco dont elle est peut-être une source. En effet, le joueur parvient à jouer une succession très rapide de notes, non pas par un mouvement très rapide de la main ou d'un doigt, mais en effectuant des moulinets ascendants et descendants des quatre doigts de la main droite, les pulpes, bien à plat en éventail, sur les cordes. Parfois le dos des ongles est utilisé, ainsi que le pouce de la main gauche. Les quatre doigts de la main gauche se promènent sur la double-corde aigüe, le long du manche.

Compte tenu du petit volume de la caisse et de la proximité des rares cordes, cet instrument n'a guère d'emphase sonore. Il faut donc sans cesse relancer le son au moyen d'une caresse en moulinet, sinon il s'éteint très vite.

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench
9468**

Votre commentaire

You are replying to: .
2 + 12 =