12 nov. 2019 à 11:54
Journalist ID: 2385
Code d'info: 83551727
0 Persons
Le rapport de l'AIEA ne devrait pas être gonflé par des politiques partiales (Téhéran)

Londres (IRNA)-L’ambassadeur et le représentant permanent de l’Iran auprès des Organisations Internationales à Vienne, Kazem Gharib Abadi réagissant aux premières évaluations « sommaires » et « partielles » avancées sur le nouveau rapport de l’Agence internationale de l’Energie atomique (AIEA), pour attester la mise en œuvre de l’Accord nucléaire de 2015, également appelé Plan d'action conjoint global (JCPOA), a déclaré que le système de l’inspection et de vérification des utilisations pacifiques des matières nucléaires dans le cadre du Traité de non-prolifération nucléaire (TNP), supervisé par l’Agence viennoise, ne devrait pas être affecté par des politiques partielles et partiales.

S’exprimant aux micros des journalistes lundi soir 11 novembre,  l’ambassadeur et le représentant permanent de l’Iran auprès des Organisations Internationales à Vienne, Kazem Gharib Abadi a déclaré : « Le rapport montre que l'Agence continue d'avoir pleinement accès à l'Iran et, malgré la réduction par Téhéran des engagements liés au PGAC visant à réaliser un équilibre entre les droits et les obligations des parties signataires, l’agence viennoise peut toujours superviser tout soit le respect des engagements  soit la suspension des obligations( qui est légale au titre même de l’accord nucléaire) ».

Il a ajouté: « Depuis que l'Agence (AIEA) a informé l'Iran qu'elle avait des questions sur un lieu précis, l'Iran, dans un geste de bonne volonté et d’ouverture, a accepté de nouer une interaction positive avec l'Agence afin de clarifier la question et de lever les ambigüités pour l’instance. L'Iran a ensuite fourni à l'Agence l'accès nécessaire qu’elle souhaitait ».

Il a par conséquent déclaré que « toute tentative visant à préjuger et à fournir une évaluation hâtive et partielle aurait uniquement pour but de confisquer la question à des fins politiques ».

Le représentant permanent d’Iran à Vienne a précisé que de tels échanges dans les interactions entre l'Agence et les États membres sont courants et ne devrait pas être exagérée par des considérations partielles et partiales politiques au moment où les deux parties se concertent pour la résoudre.

Cornel Feruta, Directeur général par intérim de l'Agence internationale de l'énergie atomique, dans un rapport émis le lundi 11 novembre sur la décision que vient de prendre l'Iran et qui marque la quatrième phase du plan de réduction de ses engagements lancé en mai, en riposte au retrait américain de l’accord multilatéral nucléaire de 2015 (PGAC)  et l’échec d’autres signataires à remplir leurs engagements envers l’Iran a écrit : « Il est important que l'Iran réponde aux questions de l'AIEA de manière fondamentale et fiable sur un lieu précis ».

L’accord nucléaire iranien, formellement nommé le « Joint Comprehensive Plan of Action » (JCPOA), est l’aboutissement de 12 années de négociation entre l’Iran et les grandes puissances internationales (les P5+1 – USA, Royaume-Uni, France, Chine, Russie et Allemagne). L’accord stipule qu’en échange de la levée des sanctions internationales visant à paralyser systématiquement l’économie iranienne, Téhéran s’engage à limiter le programme nucléaire iranien pendant au moins une décennie et à se soumettre à des contrôles renforcés d’observateurs de l’Agence Internationale de l’énergie Atomique (AIEA). Cet accord considéré comme un point culminant de la diplomatie internationale, permet de favoriser le commerce entre l’Iran et le reste du monde dans la perspective d’une croissance positive des deux économies, et d’une diminution des tensions inutiles internationales vis-à-vis de l’Iran. Alors que les Etats-Unis du milliardaire Trump se retirent de l’accord iranien engendrant ainsi l’imposition de fortes sanctions économiques extraterritoriales  envers l’Iran et les grandes entreprises possédant des liens commerciaux avec le pays, les dirigeants européens affichent un front uni face aux Etats-Unis sans pourtant rien faire ni pour eux-mêmes ni pour les Iraniens.

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench

9468**

Votre commentaire

You are replying to: .
2 + 11 =