9 déc. 2019 à 22:03
Journalist ID: 2385
Code d'info: 83588160
0 Persons
Sanctions : le « snap-back » européen est pour l’instant exclu (Téhéran)

Téhéran (IRNA)-Le vice-ministre iranien des Affaires étrangères a déclaré que les Européens ne feraient pas pour l’instant recours au soi-disant mécanisme de « snap-back » malgré leurs menaces récentes de le faire, et que lors de la récente réunion avec les 4 + 1 (signataires de l’accord nucléaire de 2015), à Vienne, la question d’un retour éventuel automatique des sanctions du Conseil de sécurité de l’Onu à l’encontre de l’Iran (snap-back), n’a même pas été évoquée.

Les Etats européens signataires de l’accord de 2015 sur le programme nucléaire iranien se réservent la possibilité d’enclencher le mécanisme de retour aux sanctions si Téhéran décide d’entorses à l’accord, avait récemment déclaré une source à l’Elysée.
L’accord signé en juillet 2015 par l’Iran, la Russie, la Chine, l’Allemagne, la France, le Royaume-Uni et les Etats-Unis, prévoit un mécanisme de règlement des différends qui peut déboucher sur un retour automatique des sanctions du Conseil de sécurité de l’Onu à l’encontre de l’Iran (“snap-back”).
En cas de “snap-back”, les sanctions européennes sont automatiquement réappliquées.
Le dispositif en question est appelé «Snap-Back» : c'est un mécanisme de retour automatique de toutes les sanctions de l’ONU si l’Iran viole ses obligations, qui permettra de s’assurer que Téhéran respecte ses engagements pendant toute la durée de l’accord. Le président américain Donald Trump s'est retiré unilatéralement du pacte nucléaire iranien l'année dernière. Depuis, Washington a imposé des sanctions de plus en plus cruelles contre Téhéran.  Les E3 (Grande-Bretagne, la France et l’Allemagne) ont cherché à sauver le pacte, en vertu duquel l’Iran s’engageait à mettre un terme à son programme d’enrichissement d’uranium, en échange d’une levée des sanctions. Mais jusqu'à présent, l'Europe s'est montrée « réticente » à passer outre les sanctions américaines.
Téhéran a jugé cette position européenne (Snap-back) «irresponsables» et «non constructives». 
«L'Iran a réduit ses engagements nucléaires en recourant à ses droits légaux de réagir à la sortie illégale et unilatérale de l'accord par les Etats-Unis et au manquement des parties européennes à leurs obligations», a déclaré ce 28 novembre le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Abbas Mousavi en réaction aux propos tenus depuis Paris en faveur d’une telle initiative inappropriée. 
 «Dans ces circonstances (illégale), l'accord ne prévoit pas le déclenchement de ce mécanisme », a insisté Téhéran. 

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench

9468**

Votre commentaire

You are replying to: .
1 + 2 =