7 janv. 2020 à 15:18
Journalist ID: 2395
Code d'info: 83624904
0 Persons
La cinquième étape ne signifie pas une sortie de l'accord nucléaire (Aragchi)

Téhéran (IRNA)- Le vice-ministre des Affaires étrangères, Abbas Araqchi, a déclaré mardi que la cinquième étape de la réduction des engagements de l'Iran concernant l'accord sur le nucléaire de juillet 2015 ne signifiait pas que l'accord était terminé ou que l'Iran voulait se retirer du plan d'action global conjoint.

Le gouvernement de la République islamique d’Iran a annoncé le 5 janvier 2020 dans un communiqué le franchissement de la cinquième et dernière étape du plan de la réduction graduelle des engagements de l'Iran liés au Plan global d’action commun sur le nucléaire de 2015 (PGAC).

La République islamique d'Iran ne voit désormais aucune restriction, sur plan opérationnel, en ce qui concerne son programme nucléaire civile (la capacité d'enrichissement, la pureté d'enrichissement, la quantité de matériel enrichi et la recherche et développement).

Cela signifie simplement que «nous avons atteint un équilibre raisonnable» dans le PGAC a déclaré Araqchi après avoir assisté au Forum de dialogue de Téhéran ce matin.

Comme l'a déclaré Araghchi, la cinquième étape était la dernière et il n'y en a plus après.

Il a ajouté que le retrait des États-Unis du PAGC avait perturbé l'équilibre de l'accord et que les mesures de réduction des engagements de l'Iran créaient maintenant un équilibre raisonnable dans l'accord.

Malgré la réduction des engagements concernant l'accord nucléaire international, l'Iran poursuit sa coopération avec l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), a exprimé Araghchi disant  que l'Iran serait prêt à reprendre le processus précédent chaque fois que les autres parties de l'accord satisferaient aux demandes du pays et respecteraient leurs engagements.

Il ne serait possible de maintenir l'accord en vie sauf que si les autres parties le souhaitent, a-t-il noté.

A propos de la menace des Européens d'utiliser un mécanisme de snap-back, Araghchi a déclaré que la fin du PGAC commencerait s'ils déclaraient de telles questions ou fixaient de telles conditions.

On s'attend à ce que toutes les parties agissent avec sagesse et évitent d'augmenter les tensions comme l'a fait l'Iran, a souligné le diplomate.

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench 
9422**

Votre commentaire

You are replying to: .
3 + 5 =