L’Iran prêt à transférer les corps des victimes ukrainiennes (Zarif)

Téhéran (IRNA)- Les ministres des Affaires étrangères de la République islamique d'Iran et de l'Ukraine ont eu une conversation téléphonique ce jeudi soir sur les dernières évolutions liées au tragique crash d’avion de ligne ukrainien près de Téhéran.

Lors de cette conversation téléphonique, le très haut diplomate iranien, Mohammad Javad Zarif, a annoncé que l'Iran était prêt à transporter les corps des ressortissants ukrainiens avant d’afficher la volonté de Téhéran d'impliquer des experts ukrainiens dans les enquêtes sur la boîte noire de l’avion en ligne ukrainien. 

Le ministre ukrainien des Affaires étrangères a pour sa part remercié la position de l’Iran qui a tout de suite reconnu sa responsabilité dans le crash et pour sa coopération dans toutes les étapes liées à l’incident. 

Plus de 35 diplômés de diverses universités du pays, dont Charif, Amir Kabir, Sanaat et Maadan, Ispahan Khajeh Nasireddin Tousi, ont perdu la vie dans l'incident.

La catastrophe aérienne, provoquée par une "erreur humaine" mercredi 8 janvier, à peine quelques heures après que l'Iran eut pris pour cible d'une puissante attaque aux missiles la base américaine à Aïn al-Asad a provoqué un choc en Iran. Le Leader de la Révolution islamique a chargé dans un message expresse l'état-major interarmé à tirer au clair les "responsabilités", à les punir, à faire en sorte que plus jamais de telles tragédies ne se reproduisent. Dans la foulée, le commandant en chef de la Force aérospatiale du CGRI, le général de brigade Hajizadeh a publiquement assumé la responsabilité du tragique crash du Boeing 737 de l’Ukraine Airlines. 

Le général de brigade Amir Ali Hajizadeh, commandant en chef de la Force aérospatiale du Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI), a déclaré lors d'un point de presse sa profonde "consternation" tout en hasardant cette phrase : " J'ai souhaité plutôt mourir que d'avoir à apprendre une si tragique nouvelle car le CGRI a pour mission foncière la protection de la nation iranienne. J'en assume la pleine responsabilité et je me met entre les mains de la justice, a dit le haut commandant qui a affirmé avoir appris la nouvelle alors qu'il se trouvait à Kermanchah ( lieu de la spectaculaire frappe balistique lancée le 8 janvier contre la base US, NDLR).

https://twitter.com/Irnafrench

9468**

Votre commentaire

You are replying to: .
3 + 6 =