La décision de l'AFC contre l'Iran, une extension de l'approche de l'embargo imposé à la société iranienne (porte-parole)

Téhéran (IRNA)- Selon le porte-parole du gouvernement, Ali Rabï, la décision de l'AFC d'avoir privé les clubs de football iraniens d’accueillir les matchs de la ligue des champions à la maison est une décision politisée et s'inscrive dans le contexte de l'approche de l'embargo imposé à la société iranienne.

Hier soir, le gouvernement iranien a eu une réunion sur des questions liées à la suspension de l'hébergement de l'Iran, a-t-il tweeté lundi, ajoutant que cette action était complètement politique et  dans le contexte de l'interdiction imposée à la société.

Il a noté que les organes iraniens du sport et de la diplomatie sont soucieux de suivre cette question et de protéger logiquement les droits du peuple iranien.

Plus tôt, le vice-ministre iranien des Affaires étrangères, Abbas Araqchi, s'est moqué de l'AFC pour une déclaration visant à priver l'Iran d'accueille la Ligue des champions asiatique, disant que les Saoudiens ont injustement abusé de la catastrophe aérienne et du martyre de passagers innocents à leur profit.

Sous le prétexte que les vols au-dessus de l'Iran ne sont pas sûrs, l'AFC a annoncé jeudi dans une lettre que les équipes iraniennes ne sont pas autorisées à organiser leurs propres matchs en Ligue des champions de l'AFC et que les matchs devraient avoir lieu dans un pays tiers.

Les responsables sportifs iraniens et les dirigeants des quatre équipes représentant l'Iran en Ligue des champions de l'AFC, à savoir Persépolis, Esteghlal, Sepahan et Shahr-e Khodro, ont annoncé que s'ils devaient jouer dans un pays tiers, ils se retireraient de la Ligue.

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench 
9422**

Votre commentaire

You are replying to: .
5 + 6 =