25 janv. 2020 à 22:37
Journalist ID: 2395
Code d'info: 83647937
0 Persons
Téhéran accuse les USA de «traitement inhumain» avec des ressortissants iraniens

Téhéran (IRNA)- L’Iran a fermement dénoncé la politique de Washington envers les ressortissants iraniens entrant aux États-Unis, affirmant que de tels cas peuvent être poursuivis par le biais des organes des droits de l’homme.

«Le traitement illégal et inhumain des gardes-frontières américains avec les Iraniens est une violation flagrante des droits de l'homme, qui peuvent être poursuivis par les organes des droits de l'homme», a déclaré samedi le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Abbas Mousavi.

«De telles mesures discriminatoires, qui sont simplement prises en fonction de la race, de la nationalité et parfois de la religion des gens, sont catégoriquement rejetées par les principes des droits de l'homme et feront imposer une lourde responsabilité sur le gouvernement américain», a-t-il ajouté.

Mousavi a en outre réprimandé les questions politiques et religieuses secondaires de la sécurité de la frontière américaine des voyageurs iraniens ainsi que l'accès non autorisé à leurs comptes de médias sociaux, dire qu'un tel acte est un exemple clair d'inquisition, qui est également condamné par la loi sur les droits de l'homme.

Mohammad Shahab Dehghani Hossein Abadi, un étudiant iranien, qui avait un visa étudiant F-1 américain valide, a été expulsé des États-Unis la semaine dernière malgré une décision de justice fédérale de retarder son renvoi.

Il est arrivé à Boston le 19 janvier pour poursuivre ses études à la Northeastern University, mais a été détenu par les douanes et la protection des frontières (CBP) à l'aéroport international de Boston Logan. L'étudiant en économie de 24 ans a été détenu pour un interrogatoire secondaire, ce qui est courant pour les Iraniens lorsqu'ils entrent aux États-Unis via l'aéroport, selon son avocat principal Kerry Doyle.

Selon les documents judiciaires et ses avocats, Dehghani a passé un processus de vérification approfondi avec le gouvernement américain qui a duré un an avant d'obtenir son visa.
Il avait étudié à l'université pendant deux semestres, avait quitté les États-Unis, puis avait finalement été approuvé pour revenir la semaine dernière.

L'étudiant  «ne présente aucune menace d'activité terroriste et n'a aucun casier judiciaire dans aucun pays», ont déclaré ses avocats dans un dossier judiciaire.

«On ne sait pas pourquoi [les douanes et la protection des frontières] décideraient maintenant, après avoir mené un processus de délivrance de visa complet, que le visa d'étudiant du demandeur devrait être révoqué.»

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench 
9422**

Votre commentaire

You are replying to: .
4 + 11 =