La formation d'un nouveau gouvernement au Liban constitue une étape positive pour résoudre les problèmes (Iran)

Téhéran (IRNA)- L'Iran a salué les consultations entre les différentes parties libanaises et la formation d'un nouveau gouvernement, affirmant qu'il s'agit d'un pas en avant et d'une mesure positive pour résoudre les problèmes du pays.

«La formation du gouvernement dans les circonstances régionales et internationales actuelles et en ce qui concerne les aspirations de la nation libanaise est un pas en avant positif pour s'attaquer aux problèmes du pays», le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Abbas Mousavi, a déclaré dimanche.

Il a félicité le gouvernement et la nation libanaise et a exprimé l'espoir que le nouveau gouvernement répondrait aux demandes du peuple libanais qui jouit d'une fière histoire en termes de résistance à l'occupation israélienne et d'intimidation du système hégémonique.

 «La République islamique d'Iran espère que le nouveau gouvernement libanais, formé sur la base des demandes du peuple, sera en mesure de surmonter tous les défis grâce à la consolidation de l'unité nationale, et mettre en œuvre ses plans pour [améliorer] les progrès et le développement du Liban tout en instaurant la sécurité et le bien-être», a ajouté le porte-parole iranien.

Mousavi a déclaré que la République islamique soutenait pleinement le nouveau gouvernement libanais et était prête à améliorer encore les relations mutuelles.

Le Premier ministre libanais Hassan Diab a annoncé mardi la formation du nouveau gouvernement du pays, affirmant que son cabinet tentera de répondre aux demandes des manifestants.

S'exprimant au palais présidentiel libanais à Beyrouth, Diab a décrit son gouvernement - composé de 20 ministres spécialisés soutenus par les partis politiques du pays - comme un technocrate «équipe de secours» qui travaillerait pour atteindre les objectifs des manifestants qui sont descendus dans la rue en octobre de l'année dernière.

La formation du nouveau gouvernement sous Diab est intervenue après que le mouvement de résistance libanais du Hezbollah et ses alliés se sont mis d'accord sur un cabinet qui doit répondre d'urgence à la crise économique et aux protestations qui ont suivi qui ont renversé son prédécesseur.

Le pays n'avait pas de gouvernement efficace depuis que Saad al-Hariri a présenté sa démission en tant que Premier ministre au président libanais Michel Aoun en octobre.

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench 
9422**

Votre commentaire

You are replying to: .
2 + 10 =