Téhéran condamne fermement les déclarations du ministre saoudien des A.E sur l'assassinat du général  Soleimani

Téhéran (IRNA)- Téhéran a dénoncé Riyad pour son soutien à l'assassinat par les États-Unis du commandant en chef anti-terroriste iranien, le général Qassem Soleimani, affirmant qu'une telle position rend le régime saoudien «complice» du crime de Washington.

Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Abbas Mousavi, a fait ces remarques lundi, un jour après que le ministre saoudien des Affaires étrangères Faisal bin Farhan Al Saud a déclaré qu'il était d'accord avec son homologue américain Mike Pompeo que la région était «plus sûre» après le martyre du général Soleimani dans une interview avec le CNN.

Le responsable saoudien a également déclaré qu'il pensait que les États-Unis avaient agi dans «leur propre légitime défense» en assassinant le commandant antiterroriste le plus respecté du Moyen-Orient sur le sol irakien.

Mousavi a rappelé à Riyad que l'armée terroriste américaine a perpétré le meurtre ciblé sur le sol d'un autre pays, à l'intérieur d'un aéroport civil, et contre un invité officiel du pays hôte, ce qui a décrié l'effusion de sang comme une violation de ses lois nationales et de principes juridiques internationaux clairs.

Le responsable iranien a déclaré qu'il était «regrettable et répréhensible» que le ministre saoudien ait falsifié toutes les réglementations internationales transparentes pour qualifier le crime américain d'acte de «légitime légitime défense».

Il a également conseillé au diplomate saoudien de lire la définition de «défense légitime» dans les sources juridiques internationales.

Cette expression de soutien rend le régime saoudien complice du crime, qui a été perpétré sur ordre direct du président américain Donald Trump, a déclaré Mousavi.

Le général Soleimani a été martyrisé aux côtés de son co-commandant irakien Abu Mahdi al-Muhandis et de quelques autres lors d'une série de frappes de drones qui ont visé leur véhicule à l'aéroport international de Bagdad le 3 janvier.

Mousavi a déclaré que Riyad avait déjà joué un rôle essentiel dans l'ensemencement des crises dans la région avec son «alliance avec l'administration terroriste de Trump et les sionistes infanticides», citant la guerre de Riyad contre le Yémen, soutenue par les États-Unis.

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench
9422**

Votre commentaire

You are replying to: .
6 + 0 =