PGAC : « Nous n'avons pas fermé la voie du dialogue avec l'Union européenne »

Téhéran (IRNA - Le Président Hassan Rohani s’attardant sur le fait que pour la République islamique d’Iran, l’accord sur le nucléaire de 2015 (PGAC) est dans l’intérêt de la région et du monde et que l’abandon par les États-Unis du pacte historique multilatéral a été au détriment des nations de la région et du monde voir du peuple américain lui-même, a déclaré : « Nous devons tous nous efforcer de préserver le PGAC et à cette fin nous n'avons pas fermé la voie au dialogue avec l'Union européenne ».

Hassan Rohani s’exprimant à l’occasion d’une rencontre samedi 22 février avec le ministre néerlandais des Affaires étrangères Stef Blok en visite à Téhéran, évoque les bonnes relations amicales Téhéran-Amsterdam au cours des siècles passés avant de dire l’Iran pour le développement des relations politiques et économiques avec les Pays-Bas.

Soulignant que la politique étrangère de la RII est basée sur une interaction constructive avec tous les pays, Hassan Rohani a fait part de la volonté de Téhéran pour réchauffer les relations avec l'Union européenne.

Faisant référence à l'imposition par Washington de sanctions illégales et unilatérales contre l'Iran, le Président a déclaré: « Les sanctions oppressives américaines visent même la nourriture et les médicaments du peuple iranien, et ont s’attend à ce que les nations libres du monde condamnent  explicitement ces restrictions illicites ».

Pour sa part, le ministre néerlandais des Affaires étrangères a souligné le développement des relations entre les deux pays dans tous les domaines, y compris les relations économiques.

Evoquant sa rencontre avec les représentants des sociétés néerlandaises, le très haut diplomate a émis l’espoir de voir son pays être en mesure de jouer un rôle plus actif, pour le lancement de l’INSTEX (instrument européen pour maintenir les transactions commerciales avec l’Iran).

« Nous avons ouvertement et en privé dit aux Américains que quitter le PGAC  n'était pas un bon geste », a déclaré Stef Blok, soulignant la nécessité de préserver le pacte multilatéral en tant qu'un accord international.

« À cette fin et pour régler les différends, nous devons poursuivre le dialogue », a-t-il conclu.

Votre commentaire

You are replying to: .
6 + 7 =