26 févr. 2020 à 16:19
Journalist ID: 2385
Code d'info: 83692419
0 Persons
L'Europe est pour la sauvegarde du PGAC(Araghchi)

Londres (IRNA) – « Toujours vivant » c’est ainsi qu’a qualifié le vice-ministre iranien des Affaires étrangères pour les affaires politiques, Abbas Araghchi, le Plan global d’action commun sur le nucléaire iranien de 2015 (PGAC), à l’issue de la 15ème réunion de la commission conjointe sur l’accord multilatéral nucléaire, tenue ce mercredi à Vienne, capitale autrichienne. « La partie européenne est disposée à sauvegarder l’Accord », annonce le diplomate.

la 15ème réunion de la commission mixte du JCPOA s'est tenue à Vienne au niveau des vice-ministres des Affaires étrangères des pays signataires.

La réunion était coprésidée par Abbas Araghchi, le vice-ministre iranien des A.E. et Helga Schmid, la secrétaire générale du Service européen pour l'action extérieure.

Y étaient présents les représentants de l'UE, de l'Allemagne, de la France, de la Russie, de la Chine, du Royaume-Uni et de l'Iran.

La 15ème réunion de la Commission mixte du JCPOA à Vienne le mercredi 26 février 2020

« À Vienne pour préparer la première commission mixte du JCPOA en 2020 », avait écrit Helga Schmid mardi sur son compte Twitter.

  La secrétaire générale du Service européen pour l'action extérieure a ajouté que l'objectif de cette réunion est de continuer à superviser la mise en œuvre de l'accord de vienne.

« Nous avons la responsabilité collective de préserver l'accord avec l'Iran », a insisté la diplomate.

Bien que les trois membres européens de l'accord aient appelé à déclencher le mécanisme de règlement des différends de l'accord, la réunion de mercredi ne s’est pas penchée sur cette question.

Le 24 février, le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Abbas Moussavi, a déclaré que la réunion de mercredi de la commission mixte du PGAC serait une session ordinaire programmée d’avance et n'a rien à voir avec le mécanisme du déclanchement de règlement des différends.

Ignorant tous ses engagements dans le cadre du JCPOA, la troïka européenne (la France, l'Allemagne et le Royaume-Uni) a tenté, il y a deux mois, de mettre en marche le mécanisme de règlement des différends et de forcer l'Iran à honorer « seul » et pleinement ses obligations !

L'Iran a annoncé à plusieurs reprises qu'il est prêt à revenir sur ses engagements nucléaires à condition qu'il puisse profiter des intérêts mentionnés dans l'accord multilatéral de Vienne.

Réagissant aux évolutions liées au PGAC, hier mardi à la veille de la réunion, le ministre russe des Affaires étrangères avait pour sa part exprimé, l'espoir de voir la prochaine .session arrêter l'escalade des tensions autour de l'accord international car « il n'est toujours pas trop tard », a-t-il insisté

Votre commentaire

You are replying to: .
7 + 4 =