5 mars 2020 à 20:22
Journalist ID: 2385
Code d'info: 83703333
0 Persons
Violences en Inde : le Leader exhorte  New Delhi à se dresser contre les extrémistes

Téhéran (IRNA)-Le Leader de la Révolution islamique, l’honorable Ayatollah Khamenei, dénonçant les violences meurtrières contre les musulmans en Inde, a exhorté le gouvernement de New Delhi à se dresser contre les extrémistes hindou.

Le Leader de la Révolution islamique, l'Ayatollah Ali Khamenei, a mis en garde le gouvernement indien contre la poursuite du massacre des musulmans, affirmant que les violences  en cours dont fait l’objet les musulmans de ce pays de l’Asie du Sud entraîneraient l'isolement de New Delhi dans le monde islamique.

Le Leader a fait ces remarques dans un tweet émis jeudi 5 mars, en ourdou, en anglais et en persan, manière de condamner le massacre barbare de plus de 40 musulmans au cours d'une période de violence de quatre jours éclatée dans la capitale indienne, New Delhi, le 23 février.

«Le cœur des musulmans du monde entier est affligé par le massacre des musulmans en Inde», a déploré l'Ayatollah Khamenei via l’oiseau Twitter.

Réagissant à ces atrocités, le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, avait plus tôt  condamné dans un tweet les violences systématiques contre les musulmans en Inde.

Le très haut diplomate iranien a ajouté: « l'Iran est l'ami de l'Inde depuis des siècles. Nous appelons les autorités indiennes à assurer la prospérité de tous les Indiens et à ne pas permettre que ce massacre insensé se poursuive. La voie à suivre doit passer par le dialogue et l'état de droit ».

La capitale de l’Inde est en proie ces derniers jours à de graves violences contre la communauté musulmane qui ont fait 46 morts et plus de 300 blessés.

Des heurts entre partisans et opposants d’une loi controversée sur la citoyenneté, jugée discriminatoire envers les musulmans par ses détracteurs, ont dégénéré en affrontements communautaires, ces dernières semaines, entre hindous et musulmans.

Cette loi décidée par le gouvernement facilite l'attribution de la citoyenneté indienne aux réfugiés d'Afghanistan, du Bangladesh et du Pakistan. A condition qu'ils ne soient pas musulmans.

La loi controversée ouvre ainsi un chemin vers la citoyenneté indienne pour six groupes religieux de trois pays voisins, mais exclut spécifiquement les musulmans.

 Les critiques insistent sur le fait que la loi est discriminatoire et fait suite à d’autres mesures gouvernementales sévères contre la population musulmane du pays, telles que le retrait de l’autonomie de la province à majorité musulmane du Jammu-et-Cachemire, qui a intensifié la discorde à travers l’Inde sur l’avenir de ses 200 millions de musulmans.

Votre commentaire

You are replying to: .
1 + 1 =