Les États-Unis devraient aider l'Iran, pas ajouter de pression alors qu'il est vulnérable (ancien ambassadeur américain)

Téhéran (IRNA)- Christopher R. Hill, ambassadeur des États-Unis en Irak en 2009-2010 a appelé vendredi Washington à aider Téhéran dans le contexte de l'épidémie de coronavirus et à alléger les pressions contre l'Iran.

Alors que le secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a appelé à un cessez-le-feu immédiat dans les conflits à travers le monde, les États-Unis peuvent arrêter leurs pressions incessantes contre l'Iran, a-t-il écrit vendredi sur thehill.com.

Au cours des deux dernières semaines, alors que les cas contaminés au coronavirus ont commencé à augmenter, le secrétaire d'État Mike Pompeo a renouvelé son objectif contre l'Iran, un pays endeuillé par la mort de plus de 2000 de ses citoyens, et a préconisé une escalade de l'action militaire contre l'Iran. Pompeo a appelé à une réponse plus ferme aux attaques des milices chiites contre les forces américaines en Irak, a-t-il déclaré.

Ce qui est remarquable au sujet de la conviction de Pompeo selon laquelle les États-Unis doivent accroître la pression contre l'Iran - une opinion partagée par le conseiller à la sécurité nationale Robert O’Brien - est que la direction militaire américaine s'est opposée à une action contre l'Iran,»
soulignant qu'il n'y avait aucune preuve claire pour soutenir la proposition selon laquelle les Iraniens auraient participé aux attaques chiites, a écrit Hill.

Ce qui est remarquable au sujet de la conviction de Pompeo selon laquelle les États-Unis doivent accroître la pression contre l'Iran - une opinion partagée par le conseiller à la sécurité nationale Robert O’Brien - est que la direction militaire américaine s'est opposée à une action contre l'Iran,»
soulignant qu'il n'y avait aucune preuve claire pour soutenir la proposition selon laquelle les Iraniens auraient participé aux attaques chiites, a écrit Hill.

Plus remarquable, cependant, était le fait, révélé dans un article du New York Times, que Pompeo a suggéré que les dirigeants iraniens seraient plus sensibles à la pression américaine tout en luttant contre les ravages causés par le coronavirus. En fait, Pompeo utiliserait une pandémie comme allié pour faire pression sur l'Iran, a-t-il dit.

«Il y a de nombreux problèmes entre les Etats-Unis et l'Iran, mais il devrait y avoir un effort sérieux pour inclure l'Iran dans tous les efforts américains pour aider à atténuer le virus dans le monde», a déclaré Hill.

«Si personne d'autre ne tient compte des paroles du secrétaire général de l'ONU, les États-Unis pourraient peut-être offrir un «cessez-le-feu» à l'Iran, au nom de l'humanité, en assouplissant les sanctions et en cherchant des moyens d'aider ce pays», a-t-il dit.

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench
9422**

Votre commentaire

You are replying to: .
2 + 7 =