Les USA en tête de la catastrophe sanitaire du coronavirus : Trump concrétise son « America First »

Téhéran (IRNA)-Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Abbas Moussavi, soulignant que le slogan électoral « Les Etats-Unis d’abord » de Donald Trump, n'a été réalisé que dans l’actuelle catastrophe à laquelle est confronté le peuple américain, a déclaré : « Les trillions de dollars dépensés pour se mêler du Moyen-Orient pourraient être dépensés pour le peuple américain et empêcher un tel jour où on voit le personnel soignant états-unien en pleur, l’utilisation des sacs poubelles en guise de blouse de protection et les cris et les plaintes chez les patients atteints du Covid-19 ».

Seyyed Abbas Mousavi, réagissant aux allégations interventionnistes et haineuses du chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo, et celles du porte-parole du département d’Etat,  sur  l’action de l’Iran dans la lutte contre l’épidémie du coronavirus, a indiqué : « Ces déclarations à des fins politiques   ne visent qu'à duper l'opinion publique mondiale et découle de la nature violente du régime incitateur à la haine américain».

Dans son premier discours de politique étrangère, le candidat milliardaire a pris pour mot d’ordre le nom d’un mouvement isolationniste aujourd’hui discrédité : « América First ».

« L’Amérique d’abord’, ce sera le thème majeur et primordial de mon administration », a-t-il déclaré, promettant de placer « les intérêts du peuple américain et la sécurité du pays au-dessus de tout le reste ».

Les États-Unis ont décroché le sombre titre de pays avec le plus d'infections à coronavirus et ont signalé une augmentation record du chômage.

«Traités comme des déchets». Des médecins et infirmiers d'un hôpital américain situé à Manhattan font la une du New York Post ce 26 mars. Le tabloïd explique que ces soignants sont obligés d'utiliser des sacs-poubelles pour remplacer les blouses, en pénurie à cause de l'épidémie de Covid-19.

La situation est très inquiétante aux Etats-Unis où le nombre de cas sur place explose, menaçant de faire du pays l'épicentre de l'épidémie. Le personnel soignant s'inquiète, alors que Donald Trump refuse d'envisager un confinement au niveau national, estimant ces derniers jours «voir la lumière au bout du tunnel». Une déclaration qui semble malheureusement aller à l'encontre des chiffres.

Votre commentaire

You are replying to: .
1 + 1 =