JCPOA: le Conseil de sécurité a des fermes arguments pour rejeter l'allégation US

New York (IRNA)- "Les membres du Conseil de sécurité se dotent des arguments politiques et juridiques incontestables afin de rejeter l'allégation US concernant la résolution 2231.", a déclaré Kelsey Davenport.

Lors d'une interview exclusive accordée au correspondant de l'IRNA à New York, la directrice de la Politique de la non-prolifération au sein de l'Association américaine du contrôle des armes (ACA) a affirmé samedi: "Il ne faut pas permettre aux États-Unis d'interpréter les articles de la résolution 2231 d'une approche abusive dans le cadre de leur politique de la pression maximale, alors que ce pays a déjà quitté le JCPOA et n'a pas respecté ses engagements."

"Si Trump s'inquiète de la levée de l'embargo sur les venets d'armes à l'Iran, il devrait négocier avec ce pays sur la sécurité de la région. Par son retrait unilatéral de l'accord nucléaire, et en imposant les nouvelles sanctions contre l'Iran, Trump a mis en cause la dignité et l'honneur des États-Unis. Mais si les États-Unis reviennent au JCPOA et au respect de ses engagements dans le cadre de cet accord, peuvent ouvrir la voie du dialogue avec l'Iran dans le cas des autres sujets aussi. ", a ajouté Kelesy Davenport, membre du célèbre think thank américain du Conseil des affaires étrangères.

En mai 2018, Donald Trump a annoncé le retrait américain de l'accord de Vienne signé en 2015. Et donc les États-Unis ne sont plus participants dans le JCPOA. Pourtant l'administration Trump a fait entendre qu'elle veut appeler les membres du Conseil de sécurité à prolonger l’embargo onusien sur les ventes d’armes à l’Iran.

Suite à une lecture complètement biaisée de la résolution 2231, Washington veut réimposer contre la République islamique d'Iran toutes les sanctions levées suite au JCPOA.

D'après la résolution 2231, l’interdiction de la vente d’armes conventionnelles à l'Iran sera expirée à partir d'octobre 2020.

Tags

Votre commentaire

You are replying to: .
8 + 7 =