10 mai 2020 à 14:20
Journalist ID: 2395
Code d'info: 83782588
0 Persons
Des femmes dirigeantes se mobilisent pour une levée des sanctions contre l'Iran

Téhéran (IRNA)- Plusieurs femmes dirigeantes politiques ont lancé un appel à lever des sanctions cruelles imposées par les Etats-Unis contre Téhéran alors que c'est le peuple iranien qui en souffre durement surtout en pleine crise de l'épidémie de coronavirus.

La vice-présidente iranienne pour les femmes et les affaires familiales Masoumeh Ebtekar a écrit le mois dernier une lettre aux femmes dirigeantes internationales dénonçant l'effet des sanctions américaines sur le peuple iranien en cette crise de l'épidémie mortelle de coronavirus.

Alicia Bárcena, Secrétaire exécutive de la Commission économique des Nations Unies pour l'Amérique latine et les Caraïbes, a exprimé ses regrets dans sa réponse à Ebtekar pour la pression sociale et économique que les familles iraniennes subissent des sanctions. Elle a promis de soulever la question avec le Secrétaire général de l'ONU et lors de la conférence en ligne du G20 et d'exiger la levée des sanctions, ce qui a sapé la capacité des pays à lutter contre le coronavirus.

La Directrice exécutive du Programme des Nations Unies pour les établissements humains, Maimunah Mohd Sharif, a elle aussi répondu à Ebtekar et a déclaré qu'elle essaierait d'augmenter la demande de levée des sanctions.

Inger Andersen, Directrice exécutive du Programme des Nations Unies pour l'environnement, a remercié Ebtekar d'avoir envoyé la lettre et a regretté les effets de l'épidémie de coronavirus en Iran frappé par les sanctions. Elle a également exprimé sa sympathie au peuple et au gouvernement iraniens et a déclaré qu'en coopération avec le chef de l'ONU, elle informerait tous les gouvernements des difficultés que l'Iran éprouve à importer des médicaments et l'équipement nécessaire pour lutter contre le virus.

Ebtekar a écrit dans sa lettre du mois dernier que tous les conflits et opérations militaires dans le monde doivent cesser et que les sanctions doivent être levées sans condition afin que les autorités locales, nationales, et des militants internationaux puissent aider les familles à réduire l'impact social et économique de l'épidémie en leur fournissant du matériel et des services médicaux. Elle a également souligné que l'Iran faisait face aux sanctions les plus sévères jamais imposées pendant la pandémie de coronavirus, ce qui a non seulement limité sa croissance économique et sa capacité à gérer les besoins sociaux et professionnels, mais a également entravé le flux de fournitures médicales et de médicaments.

Ebtekar a souligné que les femmes iraniennes se battaient en première ligne de la lutte contre le virus dans les centres médicaux, dans les familles protégeant leurs proches de la pandémie et dans le domaine de l'entreprenariat en produisant des équipements de protection comme des masques et des robes.

Les États-Unis ont continué d'imposer la politique de «pression maximale» contre les Iraniens malgré la pandémie de coronavirus qui a perturbé la vie et les moyens de subsistance du monde entier, défiant les demandes de nombreux dirigeants internationaux et chefs de gouvernement de lever la pression.

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench
9422**

Votre commentaire

You are replying to: .
4 + 7 =