14 mai 2020 à 23:08
Journalist ID: 2395
Code d'info: 83787943
1 Persons
Les États-Unis ont depuis longtemps mis fin à leur partenariat à la résolution 2231 (Zarif)

Téhéran (IRNA)- Le ministre iranien des Affaires étrangères a critiqué les responsables américains pour avoir fait des déclarations folles sur l'accord sur le nucléaire de 2015 et la résolution de l'ONU qui l'a approuvé, affirmant qu'il est naturel que ceux qui suggèrent des injections de désinfectant comme mesure préventive contre le nouveau coronavirus prétendent qu'ils sont toujours parties à l'accord qu'ils ont déjà abandonné.

«Faire des déclarations insensées de la part de responsables américains n'est pas nouveau», a déclaré Zarif aux journalistes mercredi, réagissant aux remarques de l'envoyé spécial américain pour l'Iran, Brian Hook, qui a récemment déclaré dans un discours au candidat à la présidence des États-Unis, Joe Biden, que «rien ne restera de le JCPOA jusqu'à ce que vous y reveniez ».

Hook a fait référence à l'accord sur le nucléaire sous l'acronyme de son nom officiel, le Plan d'action global conjoint. L'Iran a signé l'accord avec six grands États du monde, y compris les États-Unis, en 2015, mais Washington, sous Trump, a ensuite quitté l'accord, qui a été approuvé par le Conseil de sécurité des Nations Unies 2231.

Biden, dans un discours électoral, avait évoqué le retour conditionnel de Washington au JCPOA s’il remportait la course présidentielle.

L'espoir présidentiel a déclaré que la première condition des États-Unis pour revenir au JCPOA serait que l'Iran renouvelle son engagement envers l'accord sur le nucléaire.

Il a promis à ses partisans de renforcer et d'élargir le JCPOA en coopération avec les alliés américains. «Ce n'est pas l'affaire de Brian Hook de dire «il ne restera rien du JCPOA». Ce qui est important entre l'Iran et les autres partis du JCPOA», a déclaré Zarif.

Le haut diplomate iranien a déclaré que «nous avons pris toutes nos mesures dans le cadre du JCPOA», appelant les autres signataires de l'accord à modifier leur comportement afin que Téhéran puisse revenir à la pleine mise en œuvre de l'accord.

Il a qualifié le JCPOA de «document fort», affirmant que les Américains se rendront compte à l'avenir que les mesures hostiles qu'ils ont prises pour saper l'accord «seront à leur détriment».

Zarif a déclaré que l'Iran a accompli des progrès considérables dans le domaine de l'énergie nucléaire et le JCPOA n'a nullement entravé nos progrès.

 Se référant à Trump, qui a récemment ridiculisé en suggérant d'injecter du désinfectant pour traiter le coronavirus, Zarif a déclaré: «Il n'est pas surprenant que ceux qui conseillent aux gens de boire ou d'injecter des désinfectants pour combattre le coronavirus se manifestent et disent qu'ils sont toujours parties à l'accord après quitter officiellement.

Bien qu'il ne soit plus partie au contrat, Washington a récemment lancé une campagne pour prolonger l'embargo des Nations Unies sur les ventes d'armes conventionnelles à l'Iran qui expirera en vertu du JCPOA en octobre.

Le secrétaire d'État américain Mike Pompeo a annoncé pour la première fois son intention et Hook a déclaré aux journalistes la semaine dernière: «Nous partons du principe que nous serons en mesure de renouveler l'embargo sur les armes.»

Hook a également écrit dans le Wall Street Journal que «d'une manière ou d'une autre» Washington garantirait le maintien de l'embargo sur les armes. Il a déclaré que les États-Unis ont rédigé une résolution du Conseil de sécurité et «poursuivront la diplomatie et mobiliseront leur soutien».

L'Iran a averti les États-Unis que l'Iran n'accepterait aucune violation de la résolution du Conseil de sécurité des Nations Unies qui ordonne la levée de l'embargo sur les armes contre la République islamique, affirmant que le pays avait absolument droit à l'annulation de l'interdiction.

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrence
9422**

Votre commentaire

You are replying to: .
2 + 0 =