L'Iran s'en prend aux États-Unis pour avoir menacé de couper définitivement les fonds de l'OMS au milieu du coronavirus

Téhéran (IRNA)- L’Iran a critiqué l’ultimatum du président américain Donald Trump adressé à l’Organisation mondiale de la santé (OMS) au sujet de la manipulation du COVID-19 dans le cadre de la lutte mondiale contre la pandémie mortelle de coronavirus.

«Alors que la santé mondiale est en jeu et que nous avons plus que jamais besoin d'une solidarité mondiale et d'un leadership scientifique, la lettre de Trump au Directeur général de WHO sape le professionnalisme et l'indépendance de l'Organisation. C'est une vaine tentative au mauvais moment », a déclaré mercredi le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Abbas Mousavi, dans un message publié sur sa page Twitter officielle.

Ces remarques sont intervenues après que Trump a menacé de cesser définitivement de financer l'OMS et de se retirer de l'agence des Nations Unies, à moins que celle-ci n'apporte «d'importantes améliorations substantielles dans les 30 prochains jours», sans détailler les améliorations.

Dans une lettre de quatre pages au chef de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, Trump a annoncé lundi soir qu'il rendrait permanent son «gel temporaire» du financement américain après avoir critiqué la réponse de l'OMS à la pandémie. Il a également déclaré que l'OMS risquait également de perdre l'adhésion des États-Unis après le délai de 30 jours. Plus tôt lundi, Trump a également qualifié l'OMS de «marionnette de la Chine».

La lettre de Trump intervient alors qu'il est sous examen pour son approche par dispersion vers la gestion de l'épidémie de coronavirus. Les États-Unis figurent désormais en tête de liste des pays les plus touchés du monde avec plus de 1 570 000 cas confirmés.

Le président américain a également été critiqué pour avoir recouru à une stratégie de jeu de blâme pour transférer le blâme auquel il est confronté pour l'aggravation de la situation à l'intérieur du pays à d'autres.

Il a accusé l'OMS d'avoir mal géré la propagation du virus, qui est apparu pour la première fois en Chine en décembre, et a menacé de couper les liens avec la Chine sur ce qu'il appelle l'échec de Pékin à contenir le coronavirus, dans une autre tentative apparente de dissimuler la mauvaise gestion de son administration dans réponse à la pandémie.

Le coronavirus, qui a été signalé publiquement aux États-Unis fin février, a également coûté la vie à plus de 93 000 personnes dans le pays.

Samedi, le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères avait également dénoncé les États-Unis pour avoir poursuivi ses actes de sabotage alors que le monde avait besoin d'une lutte unie contre l'épidémie mortelle de coronavirus, disant que Washington continue d'encourager la division et la violence à travers le monde.

«De l'Asie occidentale à l'Amérique latine et du CSNU à l'OMS, les États-Unis provoquent la division, dirigent la violence et gâchent les institutions multilatérales», a déclaré Mousavi dans un message sur son compte Twitter officiel.

Il a ajouté que «les États-Unis continuent de perturber, distraire et saboter» à un moment où tous les pays du monde doivent «s'unir dans la solidarité et s'unifier dans leur action contre la pandémie  COVID19». Le porte-parole a inclus dans son tweet des reportages dans les médias montrant les actes de sabotage de Washington dans différentes parties du monde.

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench
9422**

Votre commentaire

You are replying to: .
2 + 1 =