L'Iran prendra des mesures «légales et pratiques» contre la révocation par les États-Unis des dérogations aux sanctions

Téhéran (IRNA)- L'Iran a fermement condamné la dernière décision des États-Unis de mettre fin aux dérogations aux sanctions dans un accord nucléaire historique signé entre la République islamique et les puissances mondiales en 2015, promettant de prendre les mesures «pratiques et juridiques nécessaires» pour contrer les effets négatifs du déménagement.

Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Abbas Mousavi, a déclaré samedi que la décision des États-Unis de mettre fin aux dérogations aux sanctions pour la coopération nucléaire internationale avec la République islamique constituait une violation flagrante de la résolution 2231 du Conseil de sécurité des Nations Unies, qui approuve l'accord sur le nucléaire - officiellement connu sous le nom de Plan d'action global conjoint (JCPOA) - et la Charte des Nations Unies.

Il a déclaré que la République islamique d'Iran suivra de près les impacts techniques et politiques de cette décision et «prendra les mesures pratiques et juridiques nécessaires si elle affecte négativement les droits nucléaires de l'Iran reconnus dans les documents internationaux et la lettre du JCPOA», a-t-il dit. «Cette décision ignore les droits inhérents de la République islamique d'Iran et perturbe l'ordre public international», a souligné le porte-parole iranien.

Le secrétaire d'État américain belliciste, Mike Pompeo, a déclaré mercredi que Washington avait mis fin aux dernières dérogations aux sanctions dans le cadre du JCPOA.

L’ambassadeur d’Iran auprès des Nations Unies, Majid Takht Ravanchi, a déclaré jeudi que les États-Unis avaient détruit le dernier moyen de rétention du JCPOA en mettant fin aux dérogations aux sanctions interdisant la coopération nucléaire avec Téhéran.

«Il y a deux ans, @realDonaldTrump a cessé de participer à #JCPOA. Maintenant, en violation supplémentaire du JCPOA et de la résolution 2231 du CSNU, @SecPompeo tire la dernière bougie, imposant des sanctions pour la conformité MÊME avec les dispositions nucléaires de 2231 », a rappelé Takht Ravanchi dans un Tweet.

En mai 2018, le président américain Donald Trump a pris une décision illégale et unilatérale de mettre fin à la participation de Washington à l'accord sur le nucléaire et de réimposer les sanctions que l'accord avait levées, au mépris du fait que l'accord a été approuvé par la résolution 2231 du CSNU.

La France, l'Allemagne et la Grande-Bretagne - les trois signataires européens du JCPOA - ont censuré les États-Unis pour avoir mis fin aux dernières dérogations de sanctions restantes dans l'accord.

«Nous regrettons profondément la décision américaine de mettre fin aux trois dérogations», ont déclaré samedi les trois pays européens dans une déclaration commune.

Votre commentaire

You are replying to: .
4 + 2 =