La confrontation ferme avec les Etats-Unis et le régime sioniste, «l'un des principes fondamentaux» du parlement iranien

Téhéran (IRNA)- Le nouveau parlement «considère la confrontation ferme avec les ennemis étrangers, en particulier l'Amérique et le régime sioniste, parmi ses principes fondamentaux», a déclaré Mohammad-Baqer Qalibaf dimanche dans son premier discours devant le Majlis.

Le parlement iranien nouvellement formé considère toute négociation avec les États-Unis comme nuisible, a déclaré son président Mohammad-Baqer Qalibaf dans son premier discours principal devant le Parlement dimanche.

Qalibaf, un ancien commandant de l'armée de l'air du Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI), a déclaré que le programme du nouveau parlement était de mener à bien la vengeance de l'Iran pour l'assassinat américain du général Qassem Soleimani.

Le nouveau parlement, a-t-il dit, «considère la lutte contre l'arrogance mondiale à la fois comme un objectif idéologique et un avantage stratégique, et comme une négociation et un compromis avec les États-Unis, qui est l'axe de l'arrogance mondiale, stérile et nuisible».

«Notre stratégie pour faire face aux Etats-Unis terroristes consiste à achever la chaîne de vengeance du sang du martyr Soleimani», a ajouté Qalibaf.

L'Iran a répondu à l'assassinat terroriste par une volée de missiles à guidage de précision qui ont pommelé une base militaire américaine en Irak - dans une démarche que le chef de la révolution islamique, l'ayatollah Seyyed Ali Khamenei, a décrite comme une «gifle sur le visage» pour Washington.

Qalibaf a déclaré: «Le travail qui a commencé avec l'attaque sans précédent contre la base d'Ain al-Asad et qui s'est poursuivi avec l'éclatement de la formidable faiblesse des Etats-Unis se terminera par l'expulsion complète de l'armée terroriste américaine de la région».

Le général Soleimnai, qui dirigeait la Force Quds du CGRI, a été assassiné le 3 janvier par les États-Unis en Irak, où il était considéré comme le moteur des combats qui ont conduit à l'effondrement du groupe terroriste Daech.

Dans les premières heures du 8 janvier, l'Iran a lancé plusieurs missiles sur la base aérienne d'Ain al-Assad dans la province irakienne d'Anbar et une autre installation militaire américaine dans la capitale régionale du Kurdistan, Erbil, pour se venger de l'acte terroriste américain.

Le président américain Donald Trump a d'abord déclaré qu'aucun Américain n'avait été blessé lors de l'attaque par missile, mais le Pentagone a dû réviser ses chiffres plusieurs fois, affirmant pour la dernière fois que 109 soldats américains avaient subi une lésion cérébrale traumatique.

Qalibaf a fait ces remarques en décrivant les priorités du nouveau parlement.

«Compte tenu du rôle que le 11e parlement se considère dans l'édifice de la civilisation de la révolution islamique, la chambre n'acceptera aucun compromis sur les principaux idéaux de la révolution islamique», a-t-il déclaré.

Le nouveau parlement «considère la confrontation ferme avec les ennemis étrangers, en particulier les Etats-Unis et le régime sioniste, parmi ses principes fondamentaux», a-t-il déclaré.

«Il ne fera preuve d'aucune courtoisie en délimitant ses frontières avec des courants séditieux et hypocrites dans le pays», a-t-il ajouté.

Soutenir la nation palestinienne, avec les Yéménites opprimés, le Hezbollah libanais et les mouvements de résistance palestiniens du Hamas et du Jihad islamique est également le «devoir révolutionnaire et national» du nouveau parlement, a déclaré Qalibaf.

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench
9422**

Votre commentaire

You are replying to: .
4 + 1 =