5 juin 2020, 16:41
Journalist ID: 2395
Code d'info: 83811075
0 Persons
Les États-Unis en ont assez de la discrimination et des inégalités

Téhéran (IRNA)- Les États-Unis qui symbolisent ironiquement la Statue de la Liberté sont maintenant devenus un lieu de protestation mondiale, montrant que ses habitants sont malades et fatigués de la discrimination et des inégalités.

Dans les derniers jours de mai 2020, un clip vidéo est devenu viral montrant un policier blanc agenouillé sur le cou d'un homme noir avec les mains menottées et criant: «Je ne peux pas respirer».

Quelques minutes plus tard, l'accusé a été emmené à l'hôpital où il a été déclaré mort.

Le film marque le début d'un soulèvement national contre l'oppression, la discrimination raciale ainsi que les inégalités dans un pays qui revendique les droits de l'homme et la liberté.

La vague de protestations s'est propagée de la ville de Minneapolis, où le meurtre a eu lieu, à différents États, et de grandes foules se sont rassemblées devant la Maison Blanche.

Hormis New York et Washington, D.C., qui pourraient être considérés comme deux pôles politiques importants des États-Unis, la violence s'est également intensifiée au Minnesota et en Californie.

Peu de temps après, les magasins ont été pillés et les médias américains se sont davantage concentrés sur la couverture du problème que sur la manifestation qui avait été lancée contre les inégalités et l'injustice.

De nombreux slogans ont été scandés, dont le plus important était «La vie des noirs est importante».

La militante des femmes Tamika Mallory a déclaré que le meurtre de Noirs est une activité organisée à l'échelle nationale et «nous sommes dans une situation critique», a-t-elle déclaré, ajoutant que les Noirs perdaient la vie dans une telle situation d'urgence.

«Nous ne pouvons pas considérer l'incident (la mort de George Floyd) comme un événement distinct», a-t-elle ajouté.

En outre, l'ancien président des États-Unis, Barack Obama, a publié une déclaration sur l'incident,
disant que les vagues de protestations qui ont balayé le pays ont représenté une frustration légitime et honnête au cours des décennies d'efforts infructueux pour améliorer les performances de la police et, plus généralement, le système de justice pénale aux États-Unis.

L'écrasante majorité des manifestants sont courageux, pacifiques, responsables et inspirants. Ils méritent soutien et respect, et non condamnation, a-t-il ajouté.

Au cours des derniers mois, les sautes d'humeur de la peur, de la tristesse, de l'incertitude et des difficultés causées par une maladie omniprésente (COVID-19) ont été associées à un triste rappel des préjugés et des inégalités qui affligent encore la vie de nombreuses personnes dans le pays, a-t-il souligné.

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench
9422**

Votre commentaire

You are replying to: .
captcha