12 juin 2020, 12:39
Journalist ID: 2385
Code d'info: 83818956
0 Persons
Le sabotage américain se poursuit à l'AIEA (Ambassadeur d’Iran)

Londres (IRNA)-L'ambassadeur et représentant permanent de l'Iran auprès des organisations internationales basées à Vienne, Kazem Gharib Abadi, déplore la poursuite de l’opération de sabotage des États-Unis et de leurs alliés contre l'Iran, lors de la réunion trimestrielle du Conseil des gouverneurs de l'AIEA.

Kazem Gharib Abadi publiant un message, vendredi 12 juin 2020, sur sa page Instagram a annoncé : « La réunion trimestrielle du Conseil des gouverneurs de l'AIEA est prévue le 15 juin, mais en raison des restrictions imposées par la pandémie du coronavirus, la rendez-vous se tiendra virtuellement.

Il a ajouté : « Les rapports du directeur général de l'Agence sur le respect des engagements en matière nucléaire énoncés dans le Plan global d’action commun sur le nucléaire iranien de 2015 (PGAC), et l'Accord de garanties généralisées (AGG) de l'Iran sont également au menu. »

L'ambassadeur de notre pays a précisé : « Les États-Unis et certains pays occidentaux cherchent que la réunion soit aussi l’occasion de prendre une décision finale, y compris par vote, si nécessaire, ce alors que certains autres États membres, comme la Russie, s’y sont opposés.

Le diplomate iranien a également mis en garde contre les tentatives américaines visant à affaiblir les mécanismes et procédures internationaux ainsi que les normes régissant ces organisations multilatérales.

Plus tôt, Kazem Gharib Abadi a envoyé une lettre à l’adresse du directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), mettant en garde contre le comportement illégal et délinquant des États-Unis à l'égard de leurs obligations internationales dans le domaine de la coopération nucléaire et contre l’opération de sabotage menée par ce pays à cet égard.

L'administration Trump s'est retirée unilatéralement, en mai 2018, de l'Accord international de Vienne 2015 sur le nucléaire iranien signé entre Téhéran et les puissances mondiales en mai 1997. Le Président milliardaire a sans tarder réimposé des sanctions illégales, les plus dures, au au caractère extrarégional, à l'Iran.

Après des appels lancés, à maintes et maintes reprises, à l’adresse des Européens, signataires du PGAC,  et à l’issue d’une année de la diplomatie de patience qui n’a pas malheureusement donné ses fruits, face à l’inaction européenne qui ont échoué, sous pression US, à honorer leurs engagements liés à l’Accord multilatéral nucléaire de 2015, l’Iran a finalement décidé de prendre des mesures pour réduire ses engagements au titre du Pacte international, manière de sauver le texte en agonie.

Dans un communiqué, le gouvernement iranien a déclaré que la République islamique d’Iran ne connaissait plus aucune restriction en matière de capacité d’enrichissement, de niveau d’enrichissement, de quantité de substance enrichie et de recherche et de développement.

Ainsi, le programme nucléaire de la République islamique d’Iran ne connaîtra plus aucune restriction, aux titres de l’accord nucléaire, dans le domaine opérationnel (capacité d’enrichissement, niveau d’enrichissement, quantité de substance enrichie et recherche et développement). Le programme nucléaire de l’Iran se poursuivra désormais conformément à ses besoins techniques.

L’Iran continue, bien sûr, de coopérer avec l’Agence internationale de l’énergie atomique, tout comme par le passé. En plus, l’Iran sera prêt à s’engager dans l’accord au cas où les sanctions seraient levées et lorsqu’il bénéficierait des avantages de l’accord.

Il revient à l’Organisation iranienne de l’énergie atomique (OIEA) de prendre des mesures nécessaires à ce propos, en coordination avec le Président de la République Islamique.

Téhéran a commencé en mai à réduire, et cela graduellement, ses engagements nucléaires en riposte au retrait unilatéral, un an auparavant, des États-Unis de l’accord international sur le nucléaire iranien, conclu en 2015, suivi du rétablissement des sanctions contre la République islamique d’Iran.

Votre commentaire

You are replying to: .
captcha