16 juin 2020, 20:44
Journalist ID: 2395
Code d'info: 83824578
0 Persons
655 mille victimes, issue des crimes américains en Irak

Téhéran (IRNA)- Étant donné que le nouveau cycle de «pourparlers stratégiques entre Washington et Bagdad» débutera le 11 juin, une Fondation irakienne a publié un rapport contenant de nouvelles statistiques sur les victimes de la présence américaine en Irak, qui ne représentaient que 655 000 personnes au cours des trois premières années de l'occupation américaine de ce pays; Selon le rapport ci-dessus.

Le rapport, dont l'IRNA a reçu une copie, indique qu'il existe de nombreuses statistiques qui surveillent les crimes des États-Unis en Irak de 2003 à 2005, mais le plus réaliste indique que 655 000 victimes se sont produites pendant cette courte période seulement.

Il a poursuivi, que le nombre total de victimes après la politique américaine en Irak a atteint près d'un million de personnes en 2007.

Le rapport souligne qu'il n'y a pas de statistiques complètes sur le nombre total de victimes au cours de la période de 2009 à 2014, mais le Centre des statistiques du gouvernement irakien a fixé le nombre de personnes handicapées suite aux crimes américains en Irak, environ un million de personnes.

Selon le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés, le rapport a confirmé que le nombre total d'Irakiens déplacés au cours de l'année 2007 en raison des violences et des agressions causées par l'occupation américaine de ce pays s'élevait à environ deux millions de personnes.

Concernant «la guerre américaine contre le groupe terroriste de Daech » (2014-2017) en Irak, en particulier les bombardements aériens et d'artillerie qui ont touché des maisons dans ce pays, ce rapport mentionne également le déplacement de 6 millions de citoyens irakiens.

Le rapport publié par la Iraqi University Elite Foundation a confirmé que le groupe terroriste de Daech avec le témoignage de nombreux centres et sources de recherche, venait des Etats-Unis pour déstabiliser l'Irak et d'autres pays de la région et atteindre les intérêts de le régime sioniste.

Revenant au nouveau cycle de pourparlers stratégiques entre Bagdad et Washington, il convient de noter que beaucoup doutaient de la crédibilité de ces négociations, qu'ils considéraient comme une nouvelle tentative américaine d'imposer leurs diktats à l'Irak et de contourner la décision du parlement irakien rendue le 5 janvier 2020 d'évacuer les forces militaires américaines de ce pays.

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench
9422**

Votre commentaire

You are replying to: .
captcha