Infanticide au Yémen: Les USA et l'Arabie saoudite «bafouent» le Mécanisme international (Téhéran)

Téhéran (IRNA)-Le porte-parole de la diplomatie iranienne, Seyyed Abbas Moussavi, réagissant dans un tweet posté mercredi à la décision prise par l’ONU dans son rapport annuel sur les violations des droits des enfants en faveur de la coalition d’agression saoudienne en guerre au Yémen, soutenue par Washington, a écrit : « Les États-Unis et l'Arabie saoudite ont bafoué le Mécanisme international ».

« Quelques jours seulement après avoir formulé des allégations sans fondement contre l'Iran, le Secrétariat de l'ONU a autorisé la coalition à opérer (exposant toujours les enfants à de nouvelles attaques au Yémen), bien qu'il ait reconnu que des centaines d'enfants yéménites avaient été tués par la coalition menée par l'Arabie saoudite au Yémen », a déploré le diplomate iranien, dans son tweet posté ce mercredi 17 juin 2020.

« L'Arabie saoudite, fort de ses pétrodollars et les Etats-Unis avec leur politique de brimades, ont ridiculisé les mécanismes mondiaux », a-t-il encore déclaré.

Il s’agit de la deuxième réaction de la diplomatie iranienne en 24 heures à cette décision choc de l’ONU !

Abbas Mousavi a également réagi hier au retrait de la coalition infanticide saoudienne, par le secrétaire général de l'ONU, de la liste noire des Etats et organisations violant les droits des enfants, tout en regrettant le geste par ces mots: « Le secrétaire général de l'ONU a retiré le nom de la coalition saoudienne de la liste des tueurs d'enfants. Selon des organisations internationales, un grand nombre d'enfants et d'adolescents yéménites ont perdu la vie (sans oublier les mutilés) dans des incidents catastrophiques tels que le bombardement d’un bus scolaire et les frappes aériennes visant des maisons d'habitation, des écoles et des hôpitaux, dont les douloureuses images sont indéniables. »

La coalition d’agression saoudienne intervient depuis 2015 au Yémen pour appuyer le gouvernement démissionnaire d’Abd Rabo Mansour Hadi, soutenu par Riyad, contre le mouvement populaire et révolutionnaire d’Ansarallah (les Houthis), au Yémen, pauvre pays riche en gisement pétrolier.

Réagissant à cette décision déplorable, dans un communiqué, l’organisation Human Rights Watch a dénoncé un «nouveau niveau de honte» avec ce retrait de la coalition de la liste. Cette décision ignore «les propres preuves de l’ONU sur la poursuite de violations graves contre les enfants» au Yémen, a ajouté Jo Becker, responsable de ce domaine à HRW.

Un jour après que le secrétaire d'État américain, Mike Pompeo, a rencontré le SG de l'ONU pour discuter de son projet illégal de prolonger l'embargo sur les armes imposé à l'Iran, Antonio Guterres, a déclaré au Conseil de sécurité dans un rapport que les missiles et l'équipement de croisière visant l’année dernières les installations pétrolières d'Aramco et l'aéroport international saoudien, étaient d'origine iranienne. »

Le rapport n'est toujours pas officiellement publié, mais l’agence Reuters a indiqué jeudi dernier qu'elle en avait obtenu une copie publiant des extraits. Le SG de l'ONU a déclaré aux membres du Conseil de sécurité que plusieurs armes et équipements saisis « par les forces américaines » dans la région en novembre 2019 et février de cette année étaient d' « origine iranienne. », car certains équipements enregistrés par les États-Unis dans la région ont des caractéristiques similaires à ceux fabriqués par une société iranienne, et que certains d'entre eux ont des « inscriptions persanes ».

À la suite de la publication de ce rapport, le ministère iranien des Affaires étrangères, a nié dans un communiqué les allégations du Secrétariat de l'ONU, « qui semblent être l’œuvre des pressions politiques américano-saoudiennes sur l’Instance internationale.

La diplomatie iranienne a exprimé sa profonde préoccupation concernant « l'instrumentalisation à des fins politiques » du Secrétariat de l'ONU.

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench
9468**

Votre commentaire

You are replying to: .
captcha