17 juin 2020, 21:12
Journalist ID: 2385
Code d'info: 83825204
0 Persons
L'Iran accorde la citoyenneté à un éminent chercheur afghan, le maître Heravi

Téhéran (IRNA)- La citoyenneté du professeur Najib Mayel Heravi, un éminent chercheur afghan vivant dans la ville de Machhad, au nord-est de l'Iran, a été acceptée et est communiquée aux autorités compétentes pour son application définitive, a annoncé mercredi le ministère iranien de la Culture et de l'Orientation islamique.

À la suite de la publication d'informations sur les problèmes de résidence et les questions liées au professeur Najib Mayel Heravi, le Centre des Relations publiques et de l'Information du ministère iranien de la Culture et de l'Orientation islamique a annoncé : «L'octroie de la citoyenneté à Mayel Heravi , a été confirmée et il passe ses dernières étapes administratives et légales. Les ministères iraniens de l'Intérieur et des Affaires étrangères ainsi que les institutions connexes en ont assuré le suivi.» 

«Le processus administratif de ce travail avait été effectué une fois, auparavant, mais il a été arrêté en raison du désaccord familial», peut-on lire dans le communiqué du ministère de la Culture et de l'Orientation islamique, émis ce mercredi 17 juin.

«Le Maître Najib Mayel Heravi a également été récompensé par le "Prix du livre de l'année" de la République islamique d'Iran, en raison de ses nombreuses années de services culturels rendus à la culture et à la civilisation iraniennes. 
Le professeur a également reçu la médaille d'Art de première classe de l'Iran, «ce qui manifeste notre profonde conviction dans le fait que les affinités civilisationnelles et culturelles entre les deux nations amies et frères, iranienne et afghane, qui parlent une même langue, sont enracinées. Pour les autorités culturelles iraniennes ces affinités conjointes vont au-delà des relations politiques et des frontières géographiques et elles considèrent l'Iran et l'Afghanistan comme une seule nation...», peut-on lire toujours dans ce communiqué. 


«Elles connaissent également bien la place du professeur Mayel Heravi dans le développement des relations culturelles, littéraires et linguistiques entre les deux nations», ajoute le texte.

De même, suite à la proposition conjointe des ministres de la Culture et de l'Orientation islamique et du Logement et du Développement urbain et avec l'approbation du gouvernement, une unité résidentielle dans la ville sainte de Machhad lui a été offerte, manière de rendre hommage aux précieux services du professeur afghan Heravi , à la culture et à la civilisation iraniennes.
«Les documents de propriété n'est pas encore à son nom, mais ce logement est en sa possession.  Son nom serait indiqué en tant que propriétaire, une fois le processus administratif de l'obtention de la citoyenneté finalisé, conformément aux lois iraniennes », annonce encore la source. 

Najib Mayel Heravi est né à Khomam, en Afghanistan. Il a passé son enfance à Herat et ses années scolaires à Kaboul, capitale afghane.

En 1971, après la publication d'un brillant article à Kaboul, il se rend à l'Université Ferdowsi de Machhad en Iran où il étudie la langue et la littérature persanes.

Après avoir travaillé des années dans la bibliothèque d'Astan-Quds-Razavi toujours à Machhad et fait du catalogage des documents, il poursuit sa carrière culturelle avec de précieuses recherches dans la Fondation des Recherches islamique et se consacre à des recherches encore plus spécialisées dans le domaine des manuscrits et cela pour de nombreuses années.

Le Maître Heravi, dans les années qui ont suivi le règne des talibans en Afghanistan et au moment de la rédaction de la nouvelle Constitution de son pays, a travaillé dur pour faire du persan la langue officielle du pays.

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench
9468**


  

Votre commentaire

You are replying to: .
captcha