18 juin 2020, 12:02
Journalist ID: 2395
Code d'info: 83825624
0 Persons
L'Iran met en garde contre la perte du «dernier bastion du multilatéralisme» dans le monde

Téhéran (IRNA)- Kazem Gharibabadi, représentant permanent auprès des organisations internationales à Vienne, a averti que le monde pourrait perdre son «dernier bastion du multilatéralisme».

«Vienne est presque le dernier bastion du multilatéralisme qui a pu maintenir son véritable esprit ces dernières années, mais malheureusement ce sera une histoire oubliée si le Conseil de l'AIEA ne fait pas preuve de suffisamment de prudence cette semaine», a-t-il tweeté mercredi soir.

Ces propos interviennent alors que le ministère iranien des Affaires étrangères a déjà mis en garde le Conseil des gouverneurs de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) contre le ciblage de Téhéran sous la pression des États-Unis et d’Israël.

«Si une décision non constructive en tant que telle devait être prise, l'Iran est susceptible de réagir par une réaction proportionnée», a déclaré lundi à Téhéran le porte-parole du ministère, Abbas Mousavi, lors d'un point de presse régulier, ajoutant: «Ils peuvent probablement deviner quelle sera la réaction de l’Iran.»

Le Conseil examine un rapport controversé sur les activités nucléaires de l’Iran. Le rapport aurait allégué que «l'Iran a bloqué pendant des mois les inspections sur deux sites où des activités nucléaires ont pu se produire dans le passé», a indiqué l'AFP au début du mois.

La République islamique rejette cependant fermement toute allégation de non-coopération avec l'AIEA, insistant sur le fait qu'elle est prête à résoudre tout différend potentiellement en suspens avec l'agence nucléaire des Nations Unies.


«La base de la réunion est les allégations formulées par le régime sioniste», a déclaré M. Mousavi, dénonçant l'AIEA pour avoir donné suite aux revendications d'Israël. L'agence devrait plutôt conserver sa neutralité et fonder ses rapports sur des informations concrètes et obtenues légalement.

Tel-Aviv et Washington sont connus pour alléguer continuellement l’existence d’aspects de diversion des activités nucléaires de l’Iran. C’est alors que l’agence a clôturé un dossier sur les «dimensions militaires possibles» du programme d’énergie nucléaire de la République islamique.

«Ils ouvrent un dossier fermé. La base de leurs allégations est l'information qui aurait été obtenue grâce à l'espionnage par le régime sioniste et [le Premier ministre israélien Benjamin] Netanyahu », a déclaré Mousavi.

Le porte-parole a dit qu'il était «regrettable» que l'agence ait choisi d'ignorer la longue histoire de coopération de Téhéran avec elle en faveur des accusations portées par le régime israélien, tristement célèbre pour son antagonisme envers l'establishment islamique iranien et l'ordre international.

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench
9422**

Votre commentaire

You are replying to: .
captcha