24 juin 2020 à 19:06
Journalist ID: 2395
Code d'info: 83833067
0 Persons
«Les sanctions», le prix de l'engagement de l'Iran envers les droits de l'homme

Téhéran (IRNA)- Selon le chef adjoint de l'autorité judiciaire pour les affaires internationales et secrétaire général du Comité iranien des droits de l'homme, Ali Bagheri, les sanctions imposées sont le prix de la politique stratégique de la République islamique d'Iran pour donner de l'originalité aux droits de l'homme et éviter de les contaminer d'avidité et d'intérêts politiques.

Lors d'une réunion avec les ambassadeurs et les représentants politiques des pays, accrédités et le coordonnateur du Bureau des Nations Unies à Téhéran, ce mercredi, qui s'est tenue sous le titre «Coronavirus et justice pénale», Bagheri a déclaré que les pressions extrêmes imposées par les États-Unis trouvaient leur origine dans l’intérêt de la République islamique d’Iran à restaurer pleinement les droits du peuple iranien, ainsi que sa défense continue des droits des États indépendants.

Bagheri a indiqué que les droits de l'homme sont la base de politiques globales en République islamique d'Iran dans tous les domaines, y compris politique, civil, économique, juridique, social, culturel et même la sécurité dans la mesure où il est interdit en Iran de conserver même des armes nucléaires sur la base du principe coranique selon lequel il est interdit de détruire des charrues et des descendants (c'est-à-dire détruire les humains, la nature et l'environnement).

«Le grand peuple iranien a démontré une fois de plus l'originalité des droits de l'homme et n'est pas contaminé par le «virus politique» lors de la propagation de Covid-19 dans le monde, car la République islamique d'Iran a généreusement fourni du matériel anti-coronavirus même aux pays qui ont imposé l'embargo afin de leur enseigner les droits de l'homme et comment s'y tenir de manière pratique.»

Tout en remerciant les ambassadeurs, les représentants politiques des pays, le coordonnateur du Bureau des Nations Unies à Téhéran et leurs collègues présents à la réunion, Bagheri a annoncé que la Commission nationale des droits de l'homme de la République islamique d'Iran était prête à renforcer la coopération bilatérale et multilatérale dans divers domaines juridiques et judiciaires, notamment en améliorant les indicateurs des droits de l'homme dans le monde.

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench
9422**

Votre commentaire

You are replying to: .
5 + 2 =