27 juin 2020 à 20:32
Journalist ID: 2385
Code d'info: 83836136
0 Persons
« Nous ne violons pas nos principes humains » pour lutter contre la barbarie (Zarif)

Téhéran (IRNA)- Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, évoquant la triste tragédie de la ville de Sardacht, victime des bombardements chimiques de l’ancien dictateur irakien Saddam, soutenu pendant la guerre imposée par les Occidentaux, a déclaré : «Avec le drame de Sardacht, nous assistons à deux productions humaines : l’humanisme et le barbarisme. Cet honneur est inscrit dans l'histoire pour la République islamique d’Iran (RII) que nous (les Iraniens), nous ne violons pas nos principes humains face à la sauvagerie. »

Cela veut dire que la RII ne répond pas la barbarie par la barbarie et cela au nom de ses principes humains, soutenait le très haut diplomate, Mohammad Javad Zarif.

S’exprimant à l’occasion d’une conférence en l'honneur des victimes des droits de l'homme à l’américaine, à la Fondation iranienne des Martyrs, tenue samedi par visioconférence, Mohammad Javad Zarif a déclaré : « Chers Ithargars (images vivantes du sacrifice) ! C'est un honneur pour moi d’être parmi vous en un tel jour qui marque tristement l’anniversaire catastrophique du bombardement chimique de la ville de Sardacht (ouest).  S’agissant de la catastrophe de Sardacht, nous assistons à la fois à deux manifestations humaines : La barbarie et l’humanisme, l’humanisme et le pouvoir des personnes exemples du sacrifice qui ont su résister et endurer la souffrance et la douleur provoquées par le bombardement chimique, sans jamais sortir du cercle de l'humanité et qui n'ont jamais riposté. Ils ont enregistré cet honneur historique pour la République islamique à savoir nous (les Iraniens) nous ne violons pas nos principes humains face à la barbarie. »

Le bombardement chimique de la ville frontalière iranienne de Sardasht a été l'attaque chimique la plus odieuse et la plus horrible, avec d’immenses conséquences néfastes.

Réagissant à cette horreur barbare soutenue par les Occidentaux, la République islamique d'Iran a déclaré « inhumaine » l’attaque et a nommé la ville de Sardacht « la première  grande victime de la guerre chimique dans le monde, après le bombardement nucléaire d'Hiroshima mené par les Etats-Unis.

Le bombardement chimique des avions de l’ancien régime agresseur irakien sur la ville de Sardacht a tué 110 personnes et blessé 5 000 autres, sans oublier un certain nombre d’habitants de la région frontalière qui souffrent toujours des effets néfastes de l’attaque meurtrière chimique.

.

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench

9468**

Votre commentaire

You are replying to: .
4 + 5 =