29 juin 2020 à 14:31
Journalist ID: 2385
Code d'info: 83838234
0 Persons
Réunion en ligne du Conseil de sécurité : intervention très attendue de Javad Zarif ce mardi

Téhéran (IRNA)-Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères a fait état de l’intervention attendue du Chef de la diplomatie iranienne, Mohammad Javad Zarif, à la réunion en ligne du Conseil de sécurité prévue mardi et axée sur la résolution 2231 liée à l’accord multilatéral nucléaire de 2015 (PGAC).

S'adressant à des journalistes à Téhéran le lundi 29 juin, le porte-parole de la diplomatie, Seyyed Abbas Moussavi, s’attarde sur des violations systématiques des droits de l'homme perpétrées par les Américains visant l’Iran au cours des dernières décennies pour dire : « Le calendrier iranien est marqué par divers crimes et violations des droits de l'homme commis par les Etats-Unis : L’assassinat terroriste manqué du Leader de la Révolution (l’Ayatollah Khamenei), l'explosion du bureau du Parti de la République islamique, la tragédie de l’attaque chimique contre la ville de Sardacht, l’abattage d'un avion de passagers iranien et l’implication dans divers assassinats et attaques terroristes en Iran ne sont que quelques exemples de la violation par Washington des droits de l’homme. »a-t-il énuméré. 

En ce qui concerne les violations des droits de l'homme aux États-Unis, le diplomate a déclaré: « Un pays qui se pose en défenseur des droits humains et fait rapport chaque année sur les violations des droits de l'homme dans d'autres pays a manifestement violé les droits de l'homme et les droits des Noirs sur son propre sol et viole systématiquement les droits élementaires. »

Les États-Unis ne sont pas en mesure de détruire le PGAC et ses réalisations

S’agissant du désengagement américain et les récentes menaces proférées depuis Washington d’activer le mécanisme du déclanchement contre l’Iran, Abbas Moussavi a indiqué : « Les Américains n'ont pas le droit et ne sont pas en mesure de le faire. »

« Ils ont rompu leur promesse et se sont désengagés et pris des mesures destructrices contre le Plan global d’action commun sur le nucléaire iranien de 2015 (PGAC), et violé la résolution 2231 », a-t-il déploré.

Les spéculations sur le document de coopération Iranochinoise ne sont pas vraies

Concernant les dernières évolutions liées à l’important document de coopération globale sino-iranienne, Abbas Mousavi a qualififié de «stratégique», la collaboration bilatérale, «vieille de 25 ans».

« Nous essayons avec nos amis en faveur de cette coopéartion et sur la base d’un approche stratégique et il est naturel que la coopération stratégique entre l'Iran et la Chine ait des ennemis qui cherchent à mener des campagnes d’intoxication. Ce document reste une coopération honorable,  source de fierté et en faveur des relations stratégiques entre les deux pays.», a martelé le porte-parole du ministère iranien des A.E.

Interrogé sur la position de l'Iran envers les élections présidentielles américaines, Abbas Mousavi a déclaré: «L'Iran n'a pas l'intention de s'immiscer dans les affaires d’auteres pays. Nous ne nous soucions pas des élections américaines.»

Capacité défensives iranienne: Sans merci l’Iran prend la question au sérieux

Interrogé par l'IRNA sur la proposition de la Troïka européenne (France, Royaume-Uni, Allemagne) cosignataires de l’accord nucléaire de 2015, de prolonger l’embargo anti-iranien contre les armes jusqu'en 2023, M.Mousavi a qualifie d’«inadmissible» l’approche occidentale envers les capacités défensives iraniennes.

«Une prolongation de l’embargo sur les armes contre l’Iran est contraire aux articles de la résolution 2231 liée à l’accord nucléaire (PGAC) et cela aurait des conséquences pour les pays européens et les États-Unis . Il doivent en assumer les conséquences!», a prévenu le diplomate.

Concernant la présence et la libre activité de groupes terroristes en Europe, Abbas Mousavi a déclaré: «Nous les avons mis en garde contre leurs acceuils réservés aux terroristes de renom et nous les avons

déconseillés de le faire.»

Concernant les efforts de la diplomatie iranienne pour lever les sanctions contre les médicaments, Abbas Mousavi a déclaré: «L'une des mesures de base dans le domaine des sanctions est l'interdiction et la sanction des médicaments et des articles humanitaires (afin d’entraînter une pénurie dans le pays ciblé).»

  «Nous avons souligné à plusieurs reprises que les médicaments et les articles humanitaires ne devraient pas faire l’objet des sanctions. Bien que la partie américaine prétend que ces articles ne sont pas visés par les régimes de sanction, mais les restrictions bancaires et de transit ont effectivement fermé la voie à l'entrée de médicmaements dans le pays», a-t-il encore fustigé.

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench

9468**

Votre commentaire

You are replying to: .
3 + 9 =