4 juil. 2020 à 01:04
Journalist ID: 2385
Code d'info: 83843063
0 Persons
Non-respect du PGAC par les pays européens : lettre de plainte de Zarif à Borrell

Téhéran (IRNA) - Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Seyyed Abbas Moussavi, a fait état d’une lettre du chef de la diplomatie iranienne, Mohammad Javad Zarif, à l’adresse du haut-représentant de l'Union européenne (UE) pour les affaires étrangères, et le Coordinateur du Plan global d’action commun sur le nucléaire iranien de 2015 (PGAC), Josep Borrell, où il a de nouveau renvoyé les cas de non-respect des pays européens à la Commission mixte pour le règlement, conformément à l'article 36 de l’accord nucléaire.

Selon le service de la presse du ministère iranien des A.E.,  Abbas Mousavi a ajouté: « Suite à l'action irresponsable et illégale des trois gouvernements européens (Allemagne, Grande-Bretagne et France) en présentant le projet de résolution anti-iranien au Conseil des gouverneurs de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), ainsi que le non-respect continu des obligations internationales liées au PGAC, par le groupe E3, Mohammad Javad Zarif, le Chef de la diplomatie de la République islamique d'Iran (RII), a de nouveau écrit une lettre au chef et coordinateur de la politique étrangère de l'Union européenne, Josep Borrell, où il  a de nouveau renvoyé les cas de non-respect des pays européens à la Commission mixte pour le règlement, conformément à l'article 36 du PGAC.

Le diplomate a rappelé: « Dans la lettre du ministre des Affaires étrangères, il est souligné que toute ingérence dans la coopération actuelle des Garanties entre l'Iran et l'Agence est contraire aux dispositions du PGAC et peut avoir des effets négatifs sur les bases de la coopération des Garanties existante.

Les garanties de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) sont un système d'inspection et de vérification des utilisations pacifiques des matières nucléaires dans le cadre du Traité de non-prolifération nucléaire (TNP), supervisé par l'Agence internationale de l'énergie atomique.

La diplomatie iranienne insiste par la voix de son porte-parole sur le maintien du PGAC et la pleine mise en œuvre des dispositions du pacte historique par toutes les parties à l'accord, et sur la nécessité pour l'Iran de bénéficier pleinement des avantages économiques du  régime de la levée des sanctions, comme envisagés par le PGAC.

« Téhéran prendra des mesures appropriées et proportionnées contre tout comportement maximaliste et irresponsable, et exhorte vivement les trois pays européens à maintenir et à mettre pleinement en œuvre les engagements liés au PGAC, au lieu de s’aligner sur la politique américaine de pression maximale », a prévenu le diplomate.

Il est à noter qu’auparavant, en deux autres phases, la République islamique d'Iran avait renvoyé la "non-conformité" et le "non-respect" des États-Unis et de trois pays européens à la Commission mixte en vertu de l'article 36 du PGAC, mais en raison du non-règlement de ces différends, les évolutions contre-productives alimentées par l'autre partie, ont conduit Téhéran à une réduction graduelle (en cinq étapes) de ses engagements liés à l’Accord.

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench

9468**

Votre commentaire

You are replying to: .
2 + 6 =