Les législations dans un monde post-Covid doivent être axées sur un cessez-les-sanctions (Président du Parlement iranien)

Téhéran (IRNA)- Le Président du Parlement iranien, Mohammad Baqer Qalibaf, s’exprimant lors de la première session virtuelle de l'Assemblée parlementaire asiatique (APA), qui s'est tenue par vidéoconférence, a souligné que la prévention des sanctions oppressives devrait être le principal objectif de la législation parlementaire dans le monde post-corona.

Mohammad Baqer Qalibaf a souligné l'importance du rôle des Parlements membres et la manière dont les systèmes législatifs interagissent, et ajouté : « La diplomatie économique parlementaire et son rôle doivent être promus. »

« Il revient à nous d’examiner et de soutenir le boom économique parmi les membres des parlements asiatiques. » a-t-il déclaré avant de dire que le Parlement iranien à deux propositions à cette fin :

Premièrement, nous appelons le Secrétariat de l'Assemblée des Parlements asiatiques à fournir un rapport complet sur le rôle et la capacité potentiels des parlements asiatiques à rapprocher les horizons commercial et économique des pays et des parlements et à accroître leurs interactions.

« Deuxièmement, l'objectif principal de la législation parlementaire dans l'ère Post-Corona devrait être de fournir et de développer des cadres juridiques, de trouver des solutions développeurs, facilitateurs et d'accélérateurs des relations économiques, de soutenir les accords bilatéraux et multilatéraux, établir des mécanismes de soutien et d'incitation, soutenir la création de nouveaux cadres sur de nouvelles plateformes et empêcher toute restriction et orientation illégales, telles que des sanctions oppressives, qui entravent l'expansion des relations économiques. Cela s'accélère lorsque nos politiques et nos approches collectives se mettent sur la bonne voie », a-t-il conclu.

Le coronavirus relance le débat sur les sanctions internationales

Des voix s’élèvent, notamment du côté des Nations unies, pour assouplir les mesures cruelles visant certains pays comme l’Iran et les aider dans leur lutte contre la crise pandémique sanitaire.

L’objectif est identique : éviter l’effondrement de systèmes médicaux déjà bien mal en point à cause des pressions et des pénuries, dues aux sanctions, ainsi que la propagation du coronavirus dans des sociétés très fragiles.

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench

9468**

Votre commentaire

You are replying to: .
2 + 1 =