Les États-Unis n'ont «aucun droit» de faire recours aux mécanismes liés au PGAC

Téhéran (IRNA)- « Contre la résolution du Conseil de sécurité » et « la violation de l’accord nucléaire (PGAC), c’est en ces termes qu’a qualifié le Président Hassan Rohani, qui vient de recevoir ce mercredi un appel téléphonique de son homologue français, Emmanuel Macron, une résolution dite « révisée » anti-iranienne, proposée par les Etats-Unis à l’ONU avant d’indiquer : « Les actions américaines ont toujours consisté à détruire le Plan global d’action commun sur le nucléaire (PGAC) et Washington n'a pas le droit d’avoir recours aux mécanismes liés à l’accord nucléaire. »

Hassan Rohani, lors d'un entretien téléphonique avec son homologue français, Emmanuel Macron, mercredi 12 août, a souligné que l'Europe (signataire de l’accord international nucléaire) ne devrait pas être influencée par les États-Unis et tomber dans le piège de ce pays.

 Les États-Unis agissent ces derniers temps pour le maintien de l’embargo sur les armes contre l’Iran qui arrive à expiration le 18 octobre en vertu de l’accord multilatéral nucléaire signé entre l’Iran et la communauté internationale et ont menacé dans le passé de déclencher un processus de rétablissement de sanctions internationales à l’Iran s’il n’est pas prolongé.

« Si les États-Unis veulent faire autrement (saper la levée de l’embargo », c'est une violation de la résolution 2231 de l’ONU qui endosse l’accord nucléaire », a prévenu le Président Rohani toujours lors de cette conversation téléphonique.

Le Président a souligné : « La préservation du PGAC et de la Résolution 2231 est un engagement fondamental de tous les pays restant toujours à l’accord nucléaire, et nous espérons que soit au sein de l'Agence, soit au Conseil des gouverneurs ou encore au Conseil de sécurité des Nations Unies, des consultations et une coopération détaillées auront lieu entre l'Iran et la Troïka européenne, ainsi que la Russie et la Chine (co-signataires du PGAC) afin d’empêcher les opposants de l’accord nucléaire d'atteindre leurs objectifs.»

« Les États-Unis n'ont pas le droit d'utiliser les mécanismes liés aux PGAC, étant donné qu'ils ont quitté le Pacte depuis plus de deux ans », a fait remarquer le Président Rohani.

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench

9468**

Votre commentaire

You are replying to: .
6 + 12 =