La bonne volonté affichée par Téhéran lors de la visite de Grossi : la balle dans le camp de l’AIEA

Téhéran (IRNA)- La visite de deux jours du Directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) à Téhéran s'est terminée après une rencontre avec le Président de la République islamique d'Iran, Hassan Rohani. Les deux parties ont déclaré « constructifs » les pourparlers.

Cette visite qui a fait initialement l’objet d’une couverture médiatique partiale et partielle de la part des médias mainstream occidentaux, en raison des récentes manœuvres anti-iraniennes et toujours échouées de Washington, se termine finalement par une déclaration conjointe productive de Téhéran et de l’AIEA où on voit les points de vue et les demandes des deux parties satisfaits.

Bien que les médias mainstream au service de l’Ordre de l’Arrogance aient tenté de faire passer ce déplacement pour un fruit du chantage américano-israélien contre l’Iran et son programme nucléaire, mais le message de démenti du directeur général de l'AIEA et le contenu de la déclaration conjointe Téhéran-Agence ont balayé du revers de la main toutes ces rumeurs et désinformation.

Des rencontres et des discussions bilatérales lors de la visite ont montré au nouveau Directeur général de l'AIEA, Rafael Grossi, que non-seulement l'Iran n'est pas ce prétendu « élément anarchiste », comme le souhaite avancer l’axe américano-sioniste, mais par contre il est pleinement préparé à tout dialogue et coopération dans le cadre de la loi et l’Etat du droit.

La République islamique d'Iran a toujours souligné la nécessité pour l'AIEA de contrer les intentions intéressées de certaines puissances qui tentent de détourner l’organisme autonome et multilatéral de ses objectifs et de l’instrumentaliser pour servir leurs propres desseins.

Honorant toujours ses engagements, la République islamique d’Iran a eu des coopérations constantes avec l’AIEA sur plan juridique et technique. Elle a pourtant montré qu'elle ne cédera jamais devant le chantage et des désidératas maximalistes.

Ce processus a conduit l'Agence à accepter de ne pas adresser de demandes illégales à l'Iran et par conséquent, dans la déclaration publiée, il a été souligné que l’AIEA n'a plus de questions à l'Iran et n'a aucune demande d'accès à des endroits au-delà de ce qui est déclaré par l'Iran dans le cadre de l'Accord global de Garanties et du Protocole additionnel.

D'un autre côté, conformément à l'approche permanente de l'Iran basée sur le principe de la transparence dans ses activités nucléaires pacifiques, la déclaration indique Téhéran permettra « dans un geste de bonne volonté » l’accès des inspecteurs onusiens aux deux sites désignés par l'Agence et facilitera les activités de vérification de l’organisme pour arrondir les différends et dissiper les malentendus. »

Cette visite et ses réalisations peuvent ainsi ouvrir une nouvelle page dans les relations Iran-AIEA.

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench

9468**

Votre commentaire

You are replying to: .
1 + 17 =