Les États-Unis ne comprennent manifestement pas la loi ou l'ONU après avoir été vaincus trois fois (Zarif)

Téhéran (IRNA)- Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a déclaré que les États-Unis avaient une fois de plus menacé d’imposer des restrictions à «quiconque et à toute entité» traitant avec la République islamique, bien qu’ils aient été limogés par le Conseil de sécurité des Nations Unies à trois reprises.

Après avoir été rejetés trois fois par SC, les États-Unis menacent désormais de sanctionner quiconque et toute entité se situant entre les États-Unis et son snapback , a déclaré Zarif dans un message publié vendredi sur son compte Twitter.

Après avoir été trois fois rejetés par SC, les États-Unis menacent désormais de sanctionner quiconque et toute entité qui se situe entre les États-Unis et son snapback ; de toute évidence, ils ne comprennent pas la loi ou l'ONU. Peut-être qu'ils peuvent comprendre ceci: Vous avez divorcé du JCPOA en 2018. Votre nom sur l'acte de mariage est sans importance.

Il a rappelé une fois de plus aux autorités américaines qu'elles avaient «divorcé» de l'accord nucléaire historique, officiellement connu sous le nom de Plan d'action global conjoint (JCPOA), en 2018.

«Votre nom sur le certificat de mariage est sans importance», a tweeté le haut diplomate iranien.

Zarif a intégré l'interview de jeudi du représentant américain aux Nations Unies Kelly Craft avec la chaîne d'information saoudienne Al Arabiya.

Elle a déclaré dans l'interview que les États-Unis étaient toujours sur la bonne voie pour réimposer toutes les sanctions contre l'Iran le mois prochain. «Nous allons diriger», dit-elle.

Le 25 août, le président du Conseil de sécurité a rejeté les tentatives des États-Unis de rétablir toutes les sanctions de l'ONU contre l'Iran en raison d'un manque de consensus au sein de l'organe de 15 membres.

L'ambassadeur indonésien aux Nations Unies, Dian Triansyah Djani, président du Conseil de sécurité pour le mois d'août, a déclaré que l'organisme n'était «pas en mesure de prendre de nouvelles mesures» sur la nouvelle poussée américaine pour déclencher un «retour en arrière» de toutes les sanctions de l'ONU contre l'Iran en raison d'un manque de consensus entre les États membres pour prendre de telles mesures.

Les États-Unis tentent d'invoquer le mécanisme de reprise dans l'accord nucléaire multilatéral malgré leur retrait de l'accord en mai 2018 en violation de la résolution 2231 du Conseil de sécurité de l'ONU qui approuve l'accord.

Les alliés occidentaux les plus importants des États-Unis ont refusé de se mettre en phase avec la poussée, qui fait suite à la défaite humiliante de Washington en obtenant une extension de l'embargo sur les armes de l'ONU contre l'Iran au CSNU.

Seule la République dominicaine a voté «oui» à la résolution de Washington appelant à la prolongation de l’embargo au-delà du 18 octobre.

Le Royaume-Uni, la France et l'Allemagne, tous signataires du JCPOA, affirment que les États-Unis n'ont pas le droit légal de déclencher la disposition énoncée dans le JCPOA parce qu'ils se sont retirés de l'accord nucléaire iranien en 2018.

Le 14 août, le Conseil de sécurité a rejeté à l'unanimité une résolution américaine visant à prolonger un embargo sur les armes contre l'Iran qui doit expirer en octobre conformément au JCPOA.

Le président Hassan Rohani a déclaré mardi que l’échec des États-Unis dans ses tentatives de faire prolonger l’embargo sur les armes au Conseil de sécurité de l’ONU contre Téhéran était un succès politique qui montrait la puissance de la diplomatie iranienne.

«Nous sommes capables de tenir tête aux États-Unis aux Nations Unies, de les affronter et de réussir», a déclaré Rohani.

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench
9422**

Lire aussi

Votre commentaire

You are replying to: .
8 + 9 =