L’Iran fustige la «folie incessante» des États-Unis pour la mise sur liste noire du procureur de la CPI

Téhéran (IRNA)- Le ministre iranien des Affaires étrangères a critiqué l’administration américaine pour avoir imposé des sanctions au procureur de la Cour pénale internationale (CPI), exhortant Washington à mettre fin à sa «folie incessante».

Mercredi, les États-Unis ont imposé des sanctions à la procureure de la Cour pénale internationale Fatou Bensouda, a déclaré le secrétaire d'État Mike Pompeo, au cours de son enquête sur la question de savoir si les forces américaines avaient commis des crimes de guerre en Afghanistan.

En réaction à la nouvelle interdiction, le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a déclaré que la politique américaine consistant à imposer des sanctions unilatérales «a commencé avec des individus, puis s'est étendue aux petites, moyennes et grandes puissances; et MAINTENANT des personnalités internationales».

«La seule façon d'arrêter cette folie incessante est d'arrêter la complaisance», a ajouté le haut diplomate iranien dans un tweet de mercredi. Les États-Unis imposent des sanctions au procureur en chef de la CPI. Commencé avec des individus, escaladé en petites, moyennes et grandes puissances; et MAINTENANT des personnalités internationales. La seule façon d'arrêter cette folie incessante est d'arrêter la complaisance. Soumettre par crainte de la colère américaine ne fait qu'augmenter son appétit».

Il a également exhorté la communauté internationale à ne pas se soumettre «par crainte de la colère américaine», car cela ne fera que «accroître son appétit». «Attaque contre l’état de droit».

La CPI a également condamné l'administration américaine pour avoir imposé des sanctions au procureur du tribunal international, décrivant l'interdiction comme une attaque contre la justice internationale et l'état de droit.

Les sanctions sont «sans précédent et constituent de graves attaques contre la Cour, le système de justice pénale internationale du Statut de Rome et l’état de droit en général», a déclaré la Cour permanente mondiale des crimes de guerre dans un communiqué.

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench
9422**

Tags

Votre commentaire

You are replying to: .
7 + 8 =