L'Iran met en garde contre une décision «dangereuse» des États-Unis alors que Trump envisage une interdiction du commerce des armes

Téhéran(IRNA)- L’Iran a mis en garde contre le mépris «dangereux» de Washington envers le droit international, les États-Unis ayant signalé qu’ils cherchaient à prolonger illégalement un embargo sur les armes expirant contre l’Iran.

Nabi Azadi, conseiller politique de la Mission permanente de l’Iran à Genève, a fait ces observations en réponse aux remarques précédentes du représentant de Washington à la Conférence du désarmement de Genève, Robert Wood, jeudi.

L'envoyé américain a accusé l'Iran de soutenir le terrorisme et a déclaré que Washington cherchait à prolonger une interdiction des Nations Unies sur Téhéran malgré son expiration en octobre en vertu de la résolution 2231 du Conseil de sécurité de l'ONU, qui a approuvé l'accord nucléaire iranien en 2015.

Azadi a rejeté les déclarations, affirmant qu'une telle initiative viole la résolution 2231 et équivaut à une tentative de détruire des organismes multilatéraux tels que l'ONU après que Washington n'a pas réussi à obtenir le soutien international pour prolonger l'embargo au Conseil de sécurité en août.

Azadi a déclaré que les menaces répétées du président américain Donald Trump d'utiliser la force contre l'Iran sont provocantes et en violation de la Charte des Nations Unies concernant l'interdiction de la menace ou de l'emploi de la force ou une menace grave à la paix et à la sécurité internationales.

Le représentant iranien a mis en garde contre les graves conséquences des politiques irresponsables et des actions illégales de Washington, disant que Téhéran répondra rapidement en nature à tout acte d'agression contre la nation, la souveraineté, l'intégrité territoriale et ses intérêts nationaux.

Azadi a également critiqué les accusations américaines de terrorisme, affirmant que Washington est celui qui soutient les terroristes.

Le représentant iranien a évoqué les remarques de Trump et de l'ancienne secrétaire d'État américaine Hillary Clinton, admettant le rôle des États-Unis dans la création de groupes terroristes tels qu'al-Qaïda et Daech.

Répondant également aux remarques faites par le représentant de l’Arabie saoudite à la conférence, Azadi a appelé à la pleine transparence et à la coopération de Riyad avec l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) tout en mettant fin à sa guerre de cinq ans contre le Yémen.

Le mois dernier, des rapports ont révélé que l'Arabie saoudite s'était livrée à des activités nucléaires «non déclarées».

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench
9422**

Lire aussi

Votre commentaire

You are replying to: .
2 + 0 =