19 sept. 2020 à 23:34
Journalist ID: 2385
Code d'info: 84046622
0 Persons
L’Iran répondra « de manière décisive » à toute agression américaine

Téhéran (IRNA)- Le chef du Conseil stratégique pour les relations étrangères, Seyyed Kamal Kharrazi, a déclaré que l'Iran est autorisé, en vertu de l'article 51 de la Charte des Nations Unies sur le droit inhérent à la légitime défense, à répondre immédiatement et de manière décisive à toute agression américaine, lancée sous prétexte de « Snapeback » des sanctions onusiennes, levée en vertu de la résolution 2231 du Conseil de sécurité de l’ONU qui endosse l’accord sur le nucléaire iranien de 2015.

Selon un rapport de l'IRNA depuis le Conseil stratégique pour les relations étrangères, Seyed Kamal Kharazi, réagissant samedi 19 septembre aux allégations américaines selon lesquelles une procédure controversée, surnommée «snapback» censée permettre de rétablir toutes les sanctions de l'ONU contre l'Iran (levée en vertu de l’accord international nucléaire), est à nouveau en vigueur.

« Cette affirmation américaine est si dénuée de fondement et de sens que même les alliés proches de Washington la considèrent comme illégitime ; Car avec le retrait unilatéral des États-Unis de Trump du Plan global d’action commun sur le nucléaire iranien (PGAC), le régime US n’a plus le droit d'utiliser la clause Snapback des sanctions prévu par l'accord nucléaire et la résolution 2231 qui l’endosse.

La capacité de Washington à se prévaloir de ce statut est contestée par une quasi-totalité des autres pays membres du Conseil de sécurité, qui n'a donc pas donné suite à sa démarche controversée unilatérale.

«Toute décision ou mesure prise dans l'intention de rétablir» les sanctions «n'aura aucun effet juridique», répondent par avance le trio européen (France, Royaume-Uni, Allemagne) et la Chine et la Russie, en tant que cosignataires de l’accord multilatéral nucléaire, dans des lettres adressées à la présidence du Conseil de sécurité.

Kamal Kharrazi a précisé : « Bien entendu, les États-Unis, qui avec leur unilatéralisme font fi des institutions internationales et tentent d'imposer par un langage de force leurs politiques illogiques aux autres, n'ont pas besoin des résolutions du Conseil de sécurité pour mettre en œuvre leurs velléités illégitimes de prolonger l'embargo sur les armes contre l'Iran. Même maintenant, les États-Unis ont l'intention de saper les accords d'armes liés à l'Iran en menaçant les autres de sanctions ».

Mi-août, le gouvernement américain de Donald Trump essuie un revers retentissant au Conseil de sécurité de l'ONU dans sa tentative de prolonger l'embargo sur les armes conventionnelles visant Téhéran, qui expire en octobre, en vertu de l’accord nucléaire de 2015.

A la question de savoir quelle sera la réponse de l'Iran aux actions américaines ? M.Kharrazi a répondu : « Selon l'article 51 de la Charte des Nations Unies sur le droit inhérent à l'autodéfense, l'Iran est autorisé à répondre rapidement à toute agression potentielle américaine, perpétrée sous prétexte du retour du régime de sanctions de l’ONU. »

« Ils savent que l'Iran n'hésite pas un instant à défendre ses droits et il l'a prouvé à maintes et maintes reprises dans la pratique », a conclu le chef du Conseil stratégique pour les relations étrangères, Seyyed Kamal Kharrazi.

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench

9468**

Votre commentaire

You are replying to: .
4 + 9 =