Trump devrait changer de cap avant que Pompeo ne ridiculise davantage les États-Unis (Zarif)

Téhéran (IRNA)- Le ministre iranien des Affaires étrangères a critiqué son homologue américain pour s’être tenu à l’affirmation selon laquelle les sanctions de l’ONU sont de nouveau en place contre Téhéran malgré le rejet d’autres membres du Conseil de sécurité, exhortant le président Donald Trump à freiner son secrétaire d’État.

Dans un tweet dimanche, Mohammad Javad Zarif a déclaré que si «le monde dit que NON les sanctions du Conseil de sécurité n'ont pas été rétablies», Pompeo continue de prétendre que les interdictions sont de nouveau en vigueur et menace d'autres pays de les respecter.

Le secrétaire d'État américain Mike Pompeo a déclaré samedi que toutes les sanctions de l'ONU contre l'Iran étaient «de retour en vigueur» en vertu de la soi-disant disposition de reprise de l'accord sur le nucléaire iranien de 2015, officiellement dénommée Plan d'action global conjoint (JCPOA).

Pompeo est allé jusqu'à menacer d'autres États membres des Nations Unies en disant: «Si les États membres de l'ONU ne remplissent pas leurs obligations de mettre en œuvre ces sanctions, les États-Unis sont prêts à utiliser nos autorités nationales pour imposer les conséquences de ces échecs et faire en sorte que l'Iran ne tire pas profit des activités interdites par l'ONU.»

La plainte est intervenue 30 jours après que Pompeo a notifié au Conseil de sécurité de l'ONU (CSNU) ce qu'il a appelé la «non-exécution significative» de l'Iran avec ses obligations en vertu du JCPOA - dont le président américain Donald Trump s'est retiré en mai 2018.

L’annonce de Pompeo a été rejetée par les autres signataires de l’accord avec l’Iran. Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a pour sa part déclaré que «l'incertitude» l'empêchait de prendre des mesures sur la déclaration américaine.

Plus loin dans le tweet, Zarif a déclaré: «M. "Nous avons menti, nous avons triché, nous avons volé" menace de punir un monde qui refuse de vivre dans son univers parallèle. "

Le haut diplomate iranien faisait allusion aux remarques précédentes de Pompeo, qui avait déclaré lors d'un événement à l'Université Texas A&M le 15 avril 2019: «J'étais le directeur de la CIA. Nous avons menti, nous avons triché, nous avons volé. Nous avons eu des cours de formation entiers.

Le ministre iranien des Affaires étrangères a ensuite conseillé à Trump de «changer de cap avant que @SecPompeo ne transforme davantage #MAGA en une risée mondiale», en référence au slogan de campagne électorale fréquemment utilisé par le président américain «Make America Great Again».

Dans un autre article, Zarif a souligné un tweet de Pompeo pour démontrer comment le haut diplomate américain a admis involontairement le mensonge selon lequel les sanctions de l'ONU avaient été rétablies contre l'Iran.

Dans son tweet, Pompeo a déclaré que l'administration américaine appliquerait «nos» sanctions dans une première phrase et a poursuivi en disant rapidement dans la suivante que Washington s'attendait à ce que les «États membres de l'ONU» respectent «leurs obligations au titre de ces restrictions réimposées». - une formulation illustrant comment Pompeo avait confondu les sanctions unilatérales américaines avec le droit international.

Le problème avec les mythomanes - qui ne peuvent tout simplement pas s'aider eux-mêmes dans leur mensonge pathologique - est qu'ils se perdent dans leur propre réseau de tromperie.

Zarif a attiré l’attention sur cette formulation mutilée et a déclaré que, compte tenu du modèle de mensonge «pathologique» du secrétaire d’État américain, le responsable américain était empêtré dans sa «propre toile de tromperie».

«Le problème avec les mythomanes - qui ne peuvent tout simplement pas s’aider eux-mêmes dans leur mensonge pathologique - est qu’ils se perdent dans leur propre réseau de tromperies», écrit-il.

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench
9422**

Lire aussi

Votre commentaire

You are replying to: .
9 + 2 =