22 sept. 2020 à 00:03
Journalist ID: 2385
Code d'info: 84049467
0 Persons
PGAC : L'Iran ne renégocie pas une question négociée (Zarif)

New York (IRNA)-Le ministre des Affaires étrangères de la République islamique d'Iran, Mohammad Javad Zarif, qualifiant de violateurs du Plan global d’action commun sur le nucléaire iranien de 2015 (PGAC), les Etats-Unis, a déclaré: « L'Iran n'hésitera jamais à négocier, mais ne renégociera pas à nouveau pour ce qui a été négocié. »

Selon le correspondant de l'IRNA, Mohammad Javad Zarif, s’exprimant lundi lors d'une réunion avec le
Groupe de réflexion du Conseil américain sur les relations étrangères (un tink tank aux Etats-Unis) et en réponse à une question sur l’application de la peine de mort sur un accusé (condamnée pour meurtre), a déclaré: « Comme vous le savez, nous avons un pouvoir judiciaire indépendant et le gouvernement n'intervient pas dans la prise de décision des tribunaux. C'était une affaire de meurtre, pas politique », a insisté Zarif.

Il a souligné : « L'exécution de cette personne n'a rien à voir avec sa présence dans les manifestations. Beaucoup avaient participé aux rassemblements et aucun d'entre eux n'a été condamné à mort. »

« Il s’agit d’un verdict équitable basé sur la loi, d’une décision prise par un Pouvoir judiciaire indépendant et cela doit être accepté », a poursuivi le très haut diplomate.

Quant à la question selon laquelle des groupes de défense des droits de l'homme affirment que cette personne a été arrêtée et exécutée pour des raisons politiques, et ils utilisent ces allégations pour dire que l'Iran n'est pas un pays auquel on peut faire confiance en tant qu'acteur international, Javad Zarif a indiqué : « Je le déclare à nouveau. Les décisions des tribunaux sont prises conformément à une procédure légale.  Cette affaire était une affaire de meurtre et non une affaire politique. »

Nous avons respecté nos obligations internationales

Zarif a poursuivi : « Si vous regardez notre comportement international, vous voyez que nous avons respecté nos obligations internationales, nous avons respecté le PGAC (l’accord nucléaire de 2015), nous n'avons jamais attaqué aucun pays, ce sont des questions qui doivent être considérées pour identifier un gouvernement responsable. »
Il a ajouté : « Vous considérez votre Justice comme indépendante et c'est pourquoi Pompeo ne pose pas de questions sur la condamnation à mort d'une personne au Texas. Je pense qu'il y a une approche similaire en Iran. »

Le ministre iranien des Affaires étrangères a poursuivi : « Aujourd'hui, ce sont les États-Unis qui utilisent la force et le pouvoir au sein de la communauté internationale et cela sur la base d'actions arbitraires. C’est un acteur irresponsable qui viole les normes internationales. »

Interrogé sur les élections présidentielles américaines et la position de l’Iran, Zarif a précisé :

 « Peu nous importe qui est à la tête de la Maison Blanche, mais le comportement du gouvernement américain est important pour nous. Les États-Unis ont agi de manière totalement irresponsable et dangereuse au sein de la communauté internationale, et il revient aux États-Unis de prouver aux membres cosignataires du Plan global d’action commun sur le nucléaire iranien de 2015 (PGAC), en particulier à l'Iran, qu'ils s'acquitteront de leurs obligations au titre de cet accord multilatéral. »

« Ils ont infligé des milliards de dollars de dégâts à l'Iran, simplement parce qu'ils n'aimaient pas l'ancien président américain (le président américain Donald Trump sort unilatéralement son pays de l'accord international de Vienne 2015, conclu sous son prédécesseur démocrate Barack Obama) », déplore le Chef de la diplomatie.

« Ce ne me regarde pas et peu m'importe que ce président ou le prochain président américain apprécie ou non l’action de son prédécesseur, mais les États-Unis doivent agir de manière responsable au sein de la communauté internationale, ce qui n'a malheureusement pas été le cas », a encore déclaré J.Zarif.

Nous ne renégocions pas ce qui a été négocié

Concernant la situation économique en Iran et le retour aux prétendues renégociations dont parle le candidat démocrate à la Présidentielle américaine, Joe Biden, le ministre iranien des Affaires étrangères a déclaré: « Personne n'est en mesure de nous imposer une condition. L'Iran n'a jamais hésité à entrer dans le dialogue, mais nous ne discuterons pas de ce qui a été négocié auparavant. »

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench

9468**

.

Votre commentaire

You are replying to: .
8 + 2 =