Les États-Unis ne verront jamais le retour de résolutions anti-iraniennes «inexistantes»

Téhéran (IRNA)- L’ambassadeur d’Iran aux Nations Unies a déclaré que les États-Unis ne verront pas le retour des résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies qui ont été résiliées à la suite de l’accord nucléaire de 2015 entre Téhéran et les puissances mondiales.

"Les États-Unis ne verront jamais le retour des résolutions résiliées pour - le droit international - elles sont inexistantes", a déclaré Majid Takht-Ravanchi dans un tweet de lundi.

Il a souligné les nouvelles sanctions imposées par l'administration américaine contre l'Iran plus tôt dans la journée, et a déclaré que «la décision américaine aujourd'hui d'imposer des sanctions contre l'Iran n'a aucun effet pratique; c'est plutôt un signe clair de désespoir après ses récents échecs à l'ONU qui n'ont fait qu'ajouter à l'isolement des États-Unis.

L'administration Trump a nommé lundi 27 personnes et entités, y compris des responsables du ministère iranien de la Défense, des scientifiques nucléaires, l'Organisation de l'énergie atomique d'Iran et toute personne trouvée en train de faire du commerce d'armes conventionnelles avec l'Iran.

Le secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin, apparaissant avec Pompeo, a également annoncé des sanctions distinctes contre l'Organisation de l'énergie atomique d'Iran, y compris trois directeurs adjoints, et contre cinq scientifiques nucléaires nommés accusés de chercher à voler des secrets nucléaires à l'ouest.

Annonçant les sanctions, le secrétaire d'État américain, Mike Pompeo, a affirmé que le Royaume-Uni, la France et l'Allemagne seraient tenus non seulement de se conformer aux sanctions, mais de les appliquer.

Mais l'ONU a affirmé que la décision n'appartenait pas à Washington, et les puissances européennes ont averti que les États-Unis n'avaient pas le pouvoir légal de le faire.

La Grande-Bretagne, la France et l'Allemagne ont déclaré au Conseil de sécurité des Nations Unies (CSNU) que l'allégement des sanctions accordé par l'organisme mondial pour l'Iran - convenu dans le cadre de l'accord nucléaire de 2015 - se poursuivra au-delà du 20 septembre, rejetant catégoriquement les affirmations des États-Unis selon lesquelles les interdictions seront alors interrompues.

En 2015, l'Iran a conclu un accord nucléaire historique avec un groupe de pays alors connu sous le nom de P5 + 1 - États-Unis, Grande-Bretagne, France, Russie, Chine et Allemagne.

Cependant, en 2018, le président américain Donald Trump a unilatéralement retiré son pays de l'accord - officiellement connu sous le nom de Plan d'action global conjoint (JCPOA) - et a réimposé les sanctions qui avaient été levées dans le cadre de l'accord.

Le 20 août, le secrétaire d'État américain Mike Pompeo a déclaré que Washington avait officiellement déclenché un processus de 30 jours au CSNU menant au retour de pratiquement toutes les sanctions de l'ONU contre l'Iran le 20 septembre.

Il a cité ce qu'il prétendait être des violations iraniennes du JCPOA, auquel les États-Unis ne sont plus partie. Cependant, personne n'a pris en compte les remarques américaines sur le retour des résolutions anti-Iran dans le but de changer le système au pouvoir là-bas. Vendredi, les représentants permanents du Royaume-Uni, de l'Allemagne et de la France ont déclaré dans une lettre conjointe adressée au CSNU, composé de 15 membres, que toute décision ou action prise pour rétablir les sanctions de l'ONU «serait sans effet juridique».

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench
9422**

Lire aussi

Votre commentaire

You are replying to: .
6 + 12 =